Victoire du YES pour le droit à l’avortement en Irlande !

Nous relayons le communiqué de notre Union Syndicale Solidaires et celui du réseau international de solidarité et de lutte concernant la victoire du YES pour le droit à l’avortement en Irlande !

Communiqué de notre Union Syndicale Solidaires

La victoire des féministes et de toutes celles et ceux qui ont mené la bataille pour que les femmes puissent librement avorter en Irlande a été annoncée samedi. A plus de 66 % les irlandais-es se sont prononcé-es pour que la pénalisation de l’avortement, et l’amendement qui mettait à égalité la vie de la mère et la vie de l’enfant, soient levés.
Cette victoire fait suite à des siècles de prohibition imposée notamment par la religion. Elle permet de rappeler qu’aujourd’hui encore des femmes subissent la répression, la honte, et risquent leurs vies dans de nombreux pays lorsqu’elles avortent ou décident de le faire, parce que l’avortement est interdit, ou qu’il est très strictement encadré et conditionné à des situations très restrictives (Malte, Chypre, Pologne, de nombreux pays du monde..).

Cette expression populaire montre que les choses peuvent changer même là où l’avortement restait tabou.

Par ailleurs la vigilance doit rester de mise et les luttes sont toujours d’actualité, là où des régression ont été envisagées comme dans l’Etat Espagnol ou en Pologne, et là où les politiques d’austérité budgétaire, notamment appliquées à la santé, restreignent son accès effectif comme c’est le cas dans de nombreux pays européens y compris la France.

L’Union syndicale Solidaires se félicite de cette victoire et continuera de s’inscrire dans les luttes pour le droit à l’avortement pour que chaque femme puisse avoir le droit à disposer de son corps.


Communiqué du réseau international de solidarité et de lutte : Une victoire pour le droit à l’avortement !

Le peuple d’Irlande a très massivement voté pour le droit à l’avortement :
Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes se réjouit du résultat massif en faveur de l’IVG prononcé vendredi 25 mai 2018 en Irlande : 69% ont dit " OUI " pour le droit à l’IVG sans restriction. Le taux de participation élevé de 64 % rend d’autant plus légitime la volonté commune des irlandais-ses pour la légalisation de l’avortement.

Rappelons que l’Irlande revient de loin :
• L’avortement était limité uniquement en cas de danger de mort de la femme enceinte, et encore, sur le
papier uniquement car en réalité l’Irlande a éprouvé toutes ces dernières années des décès de femmes
pourtant en danger de mort suite aux refus des médecins de pratiquer un avortement
• Une société marquée par le conservatisme catholique.
• Un referendum sur l’IVG en 2015 qui a échoué et laissait peu d’espoir.

Dorénavant l’avortement sera possible sans condition jusqu’à douze semaines de grossesse, conformément à la majorité des pays européens, et jusqu’à vingt-quatre semaines dans des circonstances exceptionnelles.

Une situation mondiale contrastée
Dans le monde seulement une soixantaine de pays sur 194 donnent accès au droit à avorter. Les restrictions sont diverses et variées selon le pays. Le droit à l’IVG quand il existe est remis en cause soit directement (USA politique Trump, Pologne par une régression de la loi en mars 2018 - Brésil droit actuellement menacé...) ou indirectement (manifestations contre l’ivg, contournement de la loi, obstructions pour l’application de la loi, difficultés pratiques pour avorter...) notamment en France et en Espagne.

Dans ce contexte vacillant la victoire de l’Irlande est double. Au-delà de cette victoire le Réseau syndical international de solidarité et de luttes promeut la nécessité d’inscrire ce droit dans la constitution.

Partout dans le monde, le mouvement syndical se doit donc d’avoir une veille à la fois sur le respect de ce droit fondamental pour que les femmes y aient réellement accès et dans les meilleures conditions. Nous entendons ainsi dénoncer les dysfonctionnements motivés par des volontés individuelles (médecin et personnel hospitalier, associations contre l’avortement, religions, manifestations...) pour dissuader les femmes d’avorter.

Nous devons nous battre encore aujourd’hui pour que ce droit à disposer de son corps sans restriction soit à la fois maintenu, respecter et applicable dans le monde entier.