SUD Collectivités Territoriales et SUD Santé Sociaux appellent à la Grève et manif nationale du Travail Social à Lille le 11 Décembre 2018

Dans la protection de l’enfance, la prévention spécialisée, l’hébergement, les centres sociaux, l’insertion... Le social brûle ! Depuis plusieurs mois, des luttes s’organisent aux quatre coins du territoire. Dans le Nord, la convergence entre l’action sociale public et privé, mais également l’unité entre syndicalistes, collectifs et non syndiqué-es dynamise une mobilisation en effervescence ! Pour appuyer cette bataille et se donner les moyens de la gagner, les Fédérations Sud Santé Sociaux et Sud Collectivités Territoriales appellent l’ensemble des professionnel-les du social et du médico-social à la grève et à l’action dans les rues de Lille le mardi 11 décembre 2018.

Plus d’info sur la mobilisation du 11 décembre sur cette page

Un Département à la pointe de l’austérité

Le département du Nord entend une fois de plus imposer des économies et dégrader les conditions de travail. Nous ne comptons plus les années d’austérité et de mépris. Les liquidations d’établissements ou de services, les compressions des budgets, les réorganisa-tions managériales, l’émergence des entrepreneurs du social, la marchandisation ou les fusions sont devenu le quotidien pour toutes celles et tous ceux engagé-es dans l’action sociale. Sur le terrain, la colère est grande et se répand comme une traînée de poudre !

Se battre pour le social et pour les droits sociaux

Le conseil Départemental du Nord n’est pas le seul à mener ce type de politique. Dans bien des cas le social est devenu une simple variable d’ajustement. La mise en concurrence des associations via les appels à projets, l’émergence de nouveaux acteurs/trices issu-es du monde de la finance ou la généralisation des modes de management déshumanisant se développent dans toutes les régions. Cette logique de rentabilité percute l’ensemble des collègues, questionnent le sens même de nos engagements professionnels et laisse à l’abandon les populations que nous devons accueillir et accompagner. L’impact est frontal, ce sont des milliers d’enfants, de mineurs non accompagnés, de personnes handicapées, fragilisées socialement qui se trouvent sans solutions ou « en mode dégradé » sur l’ensemble du territoire.
Le constat de Paris à Marseille, de Toulouse à Metz ou de Rouen à Grenoble est partout le même : nos conditions de travail et la qualité des accompagnements se dégradent année après année… Dés lors, la bataille du social est indissociable du combat en faveur des droits sociaux (logement, papier, emploi, sécurité sociale…) des populations ! L’Etat et les Conseils Départementaux doivent prendre leur responsabilité. C’est tous ensemble que nous devons défendre les droits sociaux, garantir les protections collectives, aussi parce qu’aucun d’entre nous ne sommes à l’abri d’un accident de vie !

Essaimons nos luttes !

Face à nous, nous avons des adversaires qui échangent, élaborent et dupliquent des stratégies pour faire émerger un nouveau visage de l’action sociale soumise au monde de la finance et au règne de la rentabilité. A Metz, à Marseille, à Paris, à Cholet, à Nimes, à Toulouse, à Agen, à Poitiers, en Seine Saint Denis, dans l’Oise ou dans le Nord les mobilisations s’enchaînent pour exiger auprès des collectivités territoriales des moyens à la hauteur des besoins. Des collectifs réunissant syndiqué-es et non-syndiquées se constituent et commencent à se coor-donner au niveau national. Pour porter un coup d’arrêt au démantèlement de l’action sociale et médico-sociale, nous appelons tous les collègues du privé et du public à intensifier et à essaimer les luttes sur l’ensemble du territoire.

Nous appelons tous les salarié-es du social et médico-social du privé et du public, syndiqué-es, non syndiqué-es à se mettre en grève et à venir massivement participer à la manifestation du 11 Décembre à Lille !