Revalorisation du point d’indice ! Qui sont les nanti-es !

En pleine mobilisation citoyenne contre la loi travail, le gouvernement par la voix d’Annick Girardin, ministre de la Fonction Publique annonce une revalorisation du point d’indice. Celui-ci est gelé depuis 2010. Peut-être pour casser la solidarité naissante entre les jeunes, les salarié-es du privé et les fonctionnaires. Pour qui nous prenne t’il ? De qui se moque t-on ? Qui sont les vrais nantis aujourd’hui ? Certainement pas les jeunes, les retraités, les salariè-es du privé et les agents de la Fonction Publique !

Ne les calculons plus !

La valeur du point d’indice permet de fixer le salaire de base de chaque fonctionnaire selon son niveau indiciaire lié au grade). C’est un élément important du traitement des agents des trois versants de la Fonction Publique. Bloqué depuis 2010, le point d’indice a été gelé à 4,6303â,¬ et a permis à l’Etat d’économiser 7 milliards d’euros sur le dos des fonctionnaires.
Le gouvernement prévoit donc d’appliqué une augmentation de cette valeur du point d’indice de 1,2%, fractionné en 2 fois soit :
- 0,6% (0,02775â,¬) en juillet 2016 (0,02775â,¬)
- 0,6% (0,02775â,¬) en février 2017.

Cela ramènera le point d’indice pour la mi- année 2017 à 4,6858â,¬.

C’est donc une "revalorisation exceptionnelle de ce point d’indice" (sic) de 0,0555â,¬ au total sur 2 ans. Le coà»t estimé de cette revalorisation représenterait 2,4 milliards d’euros dont 552 millions d’Euros dévolus à la Fonction Publique Hospitalière.

Nous ne sommes pas des mendiant-es

nous méritons ce salaire et bien plus encore. Surtout face aux dégradations que connaît le monde du travail. Ce n’est en rien un cadeau, juste un geste pour apaiser et se réconcilier avec certain-es d’entre nous avant les élections présidentielles de 2017. Gageons que cette revalorisation renoue avec la logique qui prévalait jusqu’en juillet 2010, d’une revalorisation régulière et annuelle.

On reste loin du compte

Pour SUD Santé Sociaux on reste loin du compte, cette mesure ne corrigera pas la perte de pouvoir d’achat (entre 7 et 10%) subie depuis des années. Elle ne corrigera pas non plus les mesures d’austérité qui ont dévaloriser les carrières et celles annoncées par la Loi El Khomri. Nous restons pessimistes et pensons que cette aumône est destinée à diviser et brouiller le jeu dans une mobilisation croissante de la jeunesse et du monde du travail en général contre la Loi travail. Nous continuons à affirmer que nous valons mieux que ça !
Nous sommes optimistes en constatant un réveil de la société face aux abus du patronat, des financiers et des gouvernements. On vaut vraiment mieux que ça !

SUD Santé Sociaux revendique,

  • une vraie revalorisation salariale basée une augmentation nette de tous les salaires à hauteur de 300â,¬.
  • La titularisation de tous les emplois précaires dans la FPH.

Le 31 mars , soyons dans la rue pour réclamer notre vrai dà» et pour balayer cette Loi travail qui s’y oppose.


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales