Rennes, la direction persiste et a...ssigne

A hôpital psy Guilllaume Regnier Rennes, il y a 3 ans et demi le CHSCT a voté une expertise concernant 2 services d’admission où le nombre de patients accueillis était très régulièrement supérieur à la capacité maximale et les soignants en quasi effectif minimum permanent entraînant une souffrance au travail et une mise en danger des biens et des personnes.

Quelques mois après ce vote ces 2 services avaient été partiellement détruits par un incendie.
Après de multiples péripéties judiciaires le CHSCT du 5 juin 2014 a confirmé le choix de SECAFI comme cabinet d’expertise
Le directeur attaque à nouveau le CHSCT en référé

  • pour faire annuler le PV du CHSCT du 5 juin qui confirme le choix de SECAFI au motif d’un manque de partialité
  • Pour obliger le CHSCT à choisir un autre cabinet d’expertise

Et bien sà»r retarder encore le lancement de cette expertise.

Concomitamment le HAS vient de refuser la certification à l’établissement au motif que la sécurité des biens et des personnes n’est pas assurée et principalement pour des accueils en surnombre dans les services d’admission.


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales