Rappeler le Président à l’ordre

Dans la nuit du 9 au 10 avril dernier, une initiative parlementaire visant à abroger l’ordre infirmier a été votée au Parlement. L’intersyndicale anti-Ordre avec les principaux syndicats de libérales et libéraux vous invite à écrire aux président de la république et vos sénateurs pour enfoncer le clou.

Vous trouverez les modèles de courriers ci-dessous. Vous pouvez aussi contacter nos syndicats départementaux pour obtenir les cartes postales (dispensées d’affranchissement) à destination du président de la république.

Nous avons jusqu’au mois de septembre pour enfoncer le clou sachant que le gouvernement fait tout pour que la décision des parlementaire soit infirmée par le sénat !

Extrait du courrier aux sénateurs

Pour l’intersyndicale anti Ordre (FO â ?" CGT â ?" CFDT â ?" CFTC â ?" SUD Santé Sociaux - UNSA Santé Sociaux - SNICS FSU) constituée depuis 2006, ce vote revêt un caractère particulier et fondamental.

Nous considérons qu’entendre les personnels infirmier-ère-s (salarié-es et libérales) qui refusent massivement l’Ordre et le fait de payer pour travailler, est un acte fort de la part des députés.

Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les salarié-es qui contestent l’Ordre, mais également les libérales et les libéraux par la voix de leurs principaux syndicats la FNI et l’ONSIL qui ne reconnaissent pas l’ordre comme une structure utile à la profession. Pour mémoire, le 3 avril 2014 les 135.000 infirmières (sur un effectif total de 595.594) " inscrit-es " de gré ou de force à l’Ordre, étaient appelées à renouveler les conseillers ordinaux départementaux. Seules 21,9% des inscrit-es ont participé au vote, ce qui est déjà un camouflet en soi. Nous pouvons aujourd’hui sans aucun doute remettre en cause la légitimité d’un Ordre élu par seulement 4,59% de la profession qu’il est censé représenter. De plus, le Code de la santé Publique prévoit entre 3 et 6 membres titulaires et autant de suppléants selon les départements, or dans de nombreux départements l’Ordre n’avait qu’un seul candidat à présenter !

C’est désormais l’occasion ou jamais de solder une situation qui n’a que trop duré, partagée par l’ensemble de la profession (95%) et portée depuis 9 ans (2006) par une intersyndicale nationale. Il vous appartient maintenant de stopper l’activisme de " lobbies " qui ne sont aucunement porteurs des attentes de la profession infirmière.


liens vers l’annuaire de nos syndicats départementaux