Préavis de grève pour le 25 novembre

Nos revendications portent :
L’exigence de mener une politique publique contre les violences faites aux femmes de grande ampleur avec un budget conséquent alloué spécifiquement.
Des budgets alloués aux associations et aux établissements doivent être pérennisés et augmentés, leurs emplois conservés et augmentés.
L’exigence d’une loi-cadre contre les violences et le sexisme qui inclut :
L’application et le renforcement des lois existantes, la fin de l’impunité et la protection des victimes,
La prévention et l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge, au respect et à la vie affective et sexuelle,
La formation des professionnel-les aux violences sexistes et sexuelles.

Mme Agnès BUZYN
Ministre des Solidarités et de la Santé
14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP

Objet : préavis de grève

Madame la Ministre,

La Fédération Nationale des syndicats SUD Santé Sociaux dépose un préavis de grève national le 25 novembre 2017 (En ce qui concerne les agent-es et salarié-es soumis-es à des services continus et dont les horaires d’embauche et de débauche débordent les jours et horaires précités, ce préavis couvre ces agent-es en amont et en aval de ces journées.)

Ce préavis concerne l’ensemble des personnels médicaux et non médicaux pour :
- les hôpitaux, cliniques, maisons de santé, maisons de retraite, de cure, des soins de suite, les laboratoires, officines pharmaceutiques, cabinets paramédicaux, Ehpad, services d’aide et de soins à la personne,
- l’ensemble des structures relevant du médico-social et social,
- l’ensemble des structures de l’animation, de l’éducation populaire, de la prévention spécialisée, de l’accueil d’urgence, des services à la personne, travail au domicile, de la petite enfance, des foyers de jeunes travailleur-se-s, auberges de jeunesse, maisons de jeunes et de la culture, organismes de formation, centres sociaux, crèches, du tourisme social et familial, du logement social et d’une manière générale toutes les structures en lien avec un public…
-aux salarié-es des OPCA des branches et activités sanitaires, médico-sociales et sociales.
Ce champ s’étend à l’ensemble des personnels d’une structure dès lors que cette structure assume une des activités au moins ci-dessus, ainsi qu’aux travailleuses et travailleurs en formation, aux étudiant-es des métiers sanitaires et sociaux, aux retraité-es, aux privé-es d’emploi des secteurs ci-dessus.
Il s’étend également :
-aux salarié-es des entreprises sous-traitantes intervenant dans les établissements des secteurs ci-dessus.

Nos revendications portent :
L’exigence de mener une politique publique contre les violences faites aux femmes de grande ampleur avec un budget conséquent alloué spécifiquement.
Des budgets alloués aux associations et aux établissements doivent être pérennisés et augmentés, leurs emplois conservés et augmentés.
L’exigence d’une loi-cadre contre les violences et le sexisme qui inclut :
L’application et le renforcement des lois existantes, la fin de l’impunité et la protection des victimes,
La prévention et l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge, au respect et à la vie affective et sexuelle,
La formation des professionnel-les aux violences sexistes et sexuelles.

En vous en souhaitant bonne réception, acceptez Madame la Ministre nos sincères salutations.

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux, Jean Vignes.


Pièces-jointes

Mots-Clefs Associés

Cet article parle de

Droit des Femmes - Grêve

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique