Nos préavis et appels à la grève

La Fédération SUD Santé Sociaux dépose une série de préavis de grève quotidiens depuis le mouvement contre la #LoiTravail et ensuite dans le cadre de la mobilisation du secteur de la santé et du social et de la #LoiTravailXXL.

Généralement, ces préavis s’appliquent à l’ensemble du champ public et privé couvert par nos statuts (santé, social, médico-social, aide à domicile, animation, éducation populaire, logement social...)

Le droit de grève ne s’use que lorsqu’on ne s’en sert pas !

  • retrouvez nos informations sur le droits de grève et de manifester dans notre rubrique
  • nos anciens préavis (à partir du 17 mars 2016) sont supprimés de cette page par souci de lecture. N’hésitez-pas à nous solliciter pour en avoir copie : lien vers l’annuaire.

Syndiqué-e-s on est plus fort-e-s

Rejoignez SUD Santé Sociaux ! Contactez votre syndicat départemental. RDV sur notre cartographie.

Pourquoi un préavis quotidien ?

Dans les établissements sanitaires publics et privés non lucratifs, ainsi que dans certains établissements du médico-social le droit de grève est limité, les directions peuvent assigner les salarié-es en fonction de protocoles de service minimum.
La plupart du temps cet effectif minimum est progressif dans le cas de grève reconductible.

En dehors des dates d’actions et de grève nationales déjà programmées, ces préavis anticipent la possibilité d’action en fonction de l’évolution du mouvement et des appels locaux pour couvrir les personnels qui se mobiliseraient sans devoir subir la progressivité du service minimum.

Usez en à volonté en fonction des données corrigées des variations saisonnières locales !

Nos Revendications

- la résorption effective des emplois précaires dans tous les secteurs, avec l’embauche immédiate des contrats aidés.
- l’augmentation générale des salaires avec un SMIC à 1700€ net,
- l’égalité salariale femme/homme,
- Une carrière avec évolution linéaire et sans barrage pour tous-tes les salarié-es,
- la réalisation d’une étude sur la morbidité des professionnels dont le ministère des Solidarités et de la Santé a la charge,
- la réduction du temps de travail, 32h en 4 jours et 30h en 3 nuits par semaine,
- l’amélioration des conditions de travail, et u recrutement dans tous les secteurs à la hauteur des besoins,
- le maintien du décret sur la prime d’installation dans les régions et zones tendues qui en bénéficient,
- un moratoire sur les restructurations et/ou fusion d’établissement,
- un système de protection sociale unique, uniforme et universel, assuré à 100% par la Sécurité sociale, avec une gestion démocratique par les représentant-es des travailleuses et travailleurs.
- la suppression de tous les ordres professionnels,
- l’abrogation de la loi 2002-2,
- une loi sanitaire et sociale décidée en tenant compte des attentes des professionnel-les et des usager-ères.
- la consolidation et le développement du droit à l’IVG et de son accès
- l’abrogation de la T2A, de la loi HPST - Bachelot, de la loi santé - Touraine (en particulier l’abrogation du décret sur les GHT), de la loi travail - El Khomri et l’abandon de la politique d’austérité : de la loi NOTRe ainsi que du pacte de responsabilité…
- l’arrêt immédiat de la répression envers les militant-es syndicaux-ales, ainsi que de toutes et tous les militant-es qui luttent pour la défense des droits humains ainsi que les militant-es impliqué-es dans des luttes rejoignant nos revendications.


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique