Non à la braderie à la découpe des professions de santé réglementées !

Déclaration de la Fédération SUD Santé Sociaux au HCPP (Haut Conseil des Professions Paramédicales) du 20/12/2016

Dès sa mise en place la Fédération SUD Santé Sociaux a boycotté la dynamique de réingénierie des métiers mis en place par le ministère.

La Fédération SUD Santé Sociaux considérait qu’il était nécessaire d’analyser cette dynamique associée à d’autres pièces du puzzle comme participante à la casse des métiers, GPEC (Gestion des Emplois et de Compétences), coopération entre professionnels, … et autres glissements de tâches.

Le chantage permanent exercé par le ministère qui liait la réingénierie au changement de catégorie a fourvoyé d’autres organisations professionnelles dans cette manœuvre dont la Fédération constate aujourd’hui les effets pernicieux à travers notamment des notions comme « l’exercice partiel ».

La Fédération SUD Santé Sociaux considère que ce processus aboutira à la mort des professions réglementées et des décrets d’actes de compétence.

Le projet de décret d’application de l’article 144 de la Loi de Modernisation de Santé consiste à poursuivre le démembrement à l’œuvre de la profession de masseur-kinésithérapeute en introduisant des personnels non qualifiés sur des activités comportant des risques que seuls les professionnels qualifiés actuellement autorisés sont à même de contrôler et gérer.

La Fédération SUD Santé Sociaux votera contre ce texte et continuera de dénoncer l’atomisation des professions versus la vision holistique.

La Fédération SUD Santé Sociaux dénonce cette régression dans le champ de la santé et du service dû à la population, tant pour sa pertinence dans l’intérêt de la pratique que pour la vision globale des soins à des personnes qui ne se résument pas à des pathologies ou à des organes.


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales