- (ETP : équivalent temps plein, quantité comptable de minerai humain)

Lettre ouverte d’une "ETP" à la ministre de la santé et au rapporteur Couty

Madame la Ministre, monsieur le Rapporteur,

Je ne suis pas un ETP mais un soignant fait de chair et de pensées.
Je ne suis pas une variable d’ajustement.
Je ne suis pas une quantité, je suis une entité qui a besoin d’une équipe de secteur intra-extra hospitalière pour pratiquer, pour penser, pour évoluer.
Je ne suis pas un " normopathe " et je veux que mon rôle propre le reste.
Je ne suis pas un agent du ministère de l’intérieur mais un soignant.

Je ne veux plus réveiller un patient la nuit pour attribuer son lit à quelqu’un d’autre.
Je ne veux plus laisser quelqu’un seul avec sa souffrance en isolement.
Je ne veux plus contraindre, je veux accompagner.

Je veux du temps pour être auprès du patient.
Je veux travailler dans des unités ouvertes, je veux jeter mes clefs.
Je veux évaluer la qualité de mon travail en fonction du mieux être des patients.
Je veux que mon service ressemble davantage à une " auberge " thérapeutique qu’à une prison.
Je veux accueillir la souffrance du patient avant de penser à sa sortie.
Je veux m’intéresser à son histoire plutôt qu’à son symptôme.
Je veux en revenir à l’hospitalité.
Je veux être un " passeur " pas un gardien.
Je veux me former pour apprendre à être et non pour savoir faire sans conscience.
Je veux accompagner les patients dans la cité et non protéger illusoirement la cité des patients.
Je veux prendre soin de moi pour mieux prendre soin des autres.
Je veux être mieux traité pour mieux soigner.
Je veux allier, pas aliéner.

Parce que je considère que :
- la parole est un soin, et qu’il n’y a pas que les traitements médicamenteux ;
- soigner c’est partager ;
- faire un scrabble c’est du soin durable ;
- qu’il faut aller à la rencontre non à l’exclusion.

J’aspire à reconstruire du collectif pour m’affirmer ou m’opposer au besoin, à travailler en équipe parce que si je ne suis pas un technicien-théoricien du soin, au moins je sais qu’il se construit en équipe et que sans l’autre nous ne sommes rien.

Je veux reprendre l’initiative, à commencer en manifestant le 12 Février avec le reste de la communauté hospitalière et des usagers pour faire entendre mes voeux. Et je m’inscrirais dans les initiatives à venir ou tous les ETP se retrouvent pour ne plus être des ETP, mais des soignants, fiers de l’être.

6 février 2009


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales