Echo du social n°6

DIFFICULTES MULTIPLES, MOYENS REDUITS !
Fonctionnaires et personnes accueillies : tous coupables ?
Le démantèlement du service public se poursuit : après la casse des métiers, la réorganisation du temps de travail se met en place pour un « gain de productivité » et un meilleur service rendu au public… qu’ils disent !

Quelle que soit la méthode utilisée, augmentation ou diminution de l’amplitude horaire journalière de travail, l’objectif est le même : créer des conditions de travail insoutenables, dévaloriser le travail social et dégrader l’accueil et l’accompagnement des personnes.
Les collectivités réduisent l’accompagnement social à un travail à la chaîne et la personne à un produit à traiter. Il s’agit de rationaliser « les flux », augmenter « les cadences » et gare à celui qui ne s’adapte pas !
Tout le système concourt à « réduire l’offre pour supprimer la demande ».
La boucle est bouclée : moins de travailleurs sociaux, avec moins de temps, plus de procédures, plus de contraintes et des personnes accueillies ciblées comme coupables de participer à la faillite des services publics.