Différent N°54

Froid pluvieux et ...chaud ce début de printemps paradoxal. La météo politique, en décalage complet avec la météo climatique, nous a offert un sursaut social espéré mais auquel nous avions du mal à croire. La loi "travail" en a été le catalyseur, les réseaux sociaux le vecteur.

Si d’aucun-es cherchent à faire des parallèles avec d’autres mouvements, comme les indignés ou podemos, ils vont vite se heurter à des limites, car le propre de ces mouvements est de croître à partir d’un ras-le-bol inorganisé, réaction citoyenne de la jeunesse essentiellement, qui se construit au fil des étapes. (voir dossier pages 8,9,10,11).

Il n’en reste pas moins que, si on ne peut en prédire l’issue, dans tous les cas, ce mouvement est le bienvenu. Les coups bas consécutifs assénés par ce pouvoir de "gauche" sont dans la continuité de celui de droite. Que ce soit à travers "l’évolution" du DPC (p 4), la suite des privatisations de l’hôpital (p 6) ou la conférence santé (p 12), il était temps qu’un sursaut d’indignation survienne. Nous ne pouvions plus continuer à rester sur la défensive, que ce soit sur chapitre des acquis conventionnels (p 5) ou sur celui des droits humains avec la crise des migrant-es et la régression des droits des femmes.

Vive l’offensive.

A l’heure où nous sommes toutes et tous orphelin-es de Maya dont le décès à fortement ébranlé beaucoup d’entre nous et les militant-es du droit des femmes (p 14) rien n’est gagné. Un énorme travail reste à accomplir dans la fonction publique (p 15) et le sort fait aux femmes ailleurs, comme le décrit la pièce "lapidée" (p 13) est une véritable horreur.

Le mois de mai sera décisif, et s’il est sà»r qu’en interprofessionnel nous nous battrons jusqu’au retrait de la loi El Khomri, d’autres fronts s’ouvrent à nous avec la mise en place des Groupements Hospitaliers de territoires et l’initiative des Etats Généraux Alternatifs du Travail Social.

Noyée dans les frimas pluvieux de mars, noyée dans les nuages de lacrymo généreusement distribués par l’irresponsable attitude des préfets dans la gestion du conflit, percutée par les violences policières, la mobilisation a survécu malgré les vacances scolaires, c’est dire ! Alors, même si les stratégies des états-majors syndicaux sont bousculées par ces nouvelles formes d’organisation, SUD Santé Sociaux et les camarades de Solidaires à l’inverse s’y complaisent comme des poissons dans l’eau.

SOMMAIRE

société - pages 4, 6, 12

  • Le DPC, un permis à point pour les professionnels de santé !
  • Hôpital entreprise, la fuite en avant.
  • Garde à vous !

santé et social - page 5,

  • 15 Mars 2016 : 50ème anniversaire de la CC66

dossier - pages 8, 9, 10, 11,

  • Loi El Khomri, catalyseur des luttes sociales.

juridique - page 5

  • Brèves

femmes - pages 13, 14, 15

  • Lapidée
  • Maya ou la rébellion permanente.
  • Femmes égales à l’hôpital ?

culture & plaisir - page 16

  • Drmesko n’en fait qu’à sa fête !


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Différent N°61

Différent N°60

Différent N°59

Diff N°58

Différent N°56

Différent N°55