Différent N°49

Dans le droit fil de la Loi HPST (Hôpital-Patient-Santé-Territoire), la loi Touraine continue la mise en place d’un â ?omégaâ ? marché de la santé où, financiers, assureurs, laboratoiresâ ?¦ vont pouvoir se repaître de l’argent de notre protection sociale.

Edito - Le capitalisme : c’est pas la santé !

Dans le droit fil de la Loi HPST (Hôpital-Patient-Santé-Territoire), la loi Touraine continue la mise en place d’un â ?omégaâ ? marché de la santé où, financiers, assureurs, laboratoiresâ ?¦ vont pouvoir se repaître de l’argent de notre protection sociale. Il faut dire qu’il y a longtemps qu’ils y travaillent, depuis 1945, date de mise en place d’une protection sociale de haut niveau par le Conseil National de la Résistance. Au-delà de la mauvaise humeur des médecins autour du tiers payant, c’est bien la privatisation du secteur de la santé qui est actée !

Ainsi les établissements de santé privés n’ont plus vocation à assurer â ?odes missionsâ ? de service public. Ils assureront un service ! Les malades paieront ! Et s’ils ne le peuvent pas ou plus, ils dépendront de politiques sociales du moment.

Ainsi les Communautés Hospitalières de Territoires qui regroupaient les structures publiques vont se voir remplacées par des Groupements Hospitaliers de Territoires où cohabiteront hôpitaux publics et hôpitaux privés lucratifs ou non.

Qu’adviendra-t-il alors du secteur public ? Il finira réduit à peau de chagrin, juste â ?obonâ ? à répondre à la population non solvable et à celles qui seront atteintes de pathologies lourdes et considérées par le secteur sanitaire privé comme â ?onon rentableâ ? .

C’est l’accentuation de la médecine à 2 vitesses, que nous dénonçons depuis des années.

Logique qui va jusqu’à imposer à l’échelle du continent des austérités censées corriger des situations dramatiques. Dramatique pour qui ? La France n’est pas isolée. Tous les systèmes de protection sociale sont dépecés. Le Forum Social de Tunis, en mars dernier, n’a fait que constater cette logique.

Bien entendu qu’il y a crise ! Mais les crises que l’on nous vend ne sont pas les nôtres et ne servent qu’à accroître la logique capitaliste d’une domination du plus petit nombre sur le plus grand nombre. Le concept est vieux comme le monde.
Nous devons continuer à revendiquer encore et encore !

  • Revendiquer une protection sociale de haut niveau pour toutes et tous.
  • Revendiquer l’égalité, la solidarité, la démocratie .
  • Revendiquer une transformation sociale basée sur les questions sociales et écologiques.

Il n’y a pas de petites luttes ! Toutes ces luttes que nous avons mené, que nous menons doivent nous conduire vers plus de justice sociale pour toutes et tous.

Défendons ensemble une société qui s’affranchisse du joug capitaliste et assure un véritable partage des richesses et poussons à replacer l’humain au centre du financement et de l’organisation de la protection sociale.

Le capitalisme, ce n’est ni la santé des individus, ni celle des sociétés. Défendons avec force tous ensemble une protection sociale juste pour toutes et tous maintenant !

SOMMAIRE :

santé et social - pages 4, 5, 6, 7, 14, 15
- Convergence.
- Menaces sur l’UNIFAF.
- La fédé s’Anim.
- Loi de santé, les raisons de lutter pour son retrait.

dossier - pages 8, 9
- Gueret.

juridique - page 6, 7
- Du nouveau sur la comptabilité des CE.
- Travailleurs handicapés en ESAT, avancée significative des droits.

femmes - page 12, 13
- Marche Mondiale des Femmes

culture & plaisir - page 16
- Le cauchemard de Don Quichotte


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Différent N°59

Diff N°58

Différent N°56

Différent N°55

Différent N°54

Différent N°53

Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales