différent N°38

L’accord de " Wagram " signé par des syndicats qui représentent une minorité de salariés
et que le Parlement s’apprête à transcrire dans la loi entérine un recul social considérable
pour les salariés.
C’est sà»rement un accord " gagnant/gagnant " pour le patronat avec des possibilités
de licenciement facilitées, une flexibilité accrue et le recul des droits des salariés. Pire
cet accord remet en cause la hiérarchie des normes qui prévalait à savoir qu’un accord
local ne pouvait qu’améliorer la convention collective où les dispositions du Code du
Travail. Les soi-disantes contreparties, comme la généralisation d’accès à une complémentaire
santé (en 2016) sont en réalité de nouveaux cadeaux aux sociétés d’assurance
privées au détriment, à terme, de la Sécurité Sociale.
La spirale infernale de la " compétitivité " mettant en concurrence tous les salariés
s’accélère. Les attaques contre les conventions collectives de notre secteur le démontrent,
et les menaces de plus en plus répétées contre le statut des personnels de la Fonction
Publique Hospitalière se précisent. Les responsables de la Fédération Hospitalière
de France prônant ouvertement sa transformation en convention collective aux droits
et déroulements de carrière rognés.
Comme un mauvais coup ne vient jamais seul, l’accord de " Wagram " à peine signé,
les responsables patronaux et gouvernementaux annoncent qu’une nouvelle "réforme"
des retraites est incontournable et urgente avec, à la clé, un rallongement de l’âge de
départ et une baisse du niveau des pensions.
Suite au vote de la loi de financement de la Sécurité Sociale, compte tenu de l’augmentation
d’activité, le ministère de la santé vient d’annoncer que les tarifs hospitaliers (publics
et privés) allaient baisser de 1,71% et entraîner plusieurs milliers de suppressions
d’emplois dans les hôpitaux.
La course au moins disant social se poursuit dans toute l’Europe pour les tenants du
libéralisme : la Commission Européenne, la Banque Centrale et le Fond Monétaire International
qui dictent, avec toujours plus d’arrogance, leur loi aux peuples.
Si des actions de résistance sont menées un peu partout en France et en Europe, nous
devons oeuvrer à leur convergence pour imposer un rapport de force efficace.
D’ores et déjà, il faut interpeller tous les parlementaires pour qu’ils refusent de voter la
loi " d’insécurisation de l’emploi " issu des accords minoritaires de Wagram.
Sud Santé-Sociaux s’engage dès à présent dans la perspective de rassemblements devant
l’Assemblée Nationale et le Sénat au moment du débat parlementaire et à participer
à toutes les actions convergentes pour la défense de l’emploi, des conventions
collectives et des statuts.
Osons dire NON à l’austérité et à la régression sociale.

Sommaire
santé et social - pages 4, 5, 13
Elections TPE
Grève des cadres APHP
SUD animation
juridique - page 14, 15
Le devoir d’alerte et le droit de retrait
dossier spécial - pages 6, 7, 8, 9, 10, 11
Accords interprofessionels de Wagram
femmes - pages 12,
La santé au travail a-t-elle un sexe.
culture & plaisir - page 16
Guyom Tousseul


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Différent N°60

Différent N°59

Diff N°58

Différent N°56

Différent N°55

Différent N°54