CSG Casse des Salaires Généralisés

Le 13 avril 2015, la ministre de la Fonction Publique a annoncé la suppression de l’ "indemnité exceptionnelle de compensation de perte de rémunération liées à la modification du taux de la CSG" (Contribution Sociale Généralisée) dès le 1er mai

Encore un coup de plus porté par le Gouvernement contre les agents
de la Fonction Publique

Cette indemnité a été mis en place en 1997, lors du passage au taux de 7,5 % de la CSG, pour compenser les pertes de pouvoir d’achat des fonctionnaires titulaires ou stagiaires (circulaire du 14/4/97).
Depuis 18 ans, cette indemnité était versée aux agents, recruté-es avant le 1er janvier 1998 et augmentait chaque année avec les primes.

La ministre annonce, publiquement, cette suppression comme "une mesure juste pour une Fonction Publique exemplaire". Exemplaire pour qui ?
Cette mesure entrera en vigueur dés le 1er mai prochain.

Le jour de la fête internationale du
travail, voila un sacré cadeau du
Gouvernement offert aux travailleur-ses !

Concrètement, elle concernera 710 000 agents des trois versants de la Fonction Publique.

Elle sera supprimé, au fil de l’eau, lors d’avancements (changement d’échelon et/ou de grade). Dans son infime bonté, les personnels, dont le traitement est inférieur à 1 852 euros brut par mois, seront exclus de ce dispositif...

Cette mesure ne sort pas du chapeau, elle doit, dixit la Ministre "redonner des marges de manoeuvre". Pour être plus clair, le gouvernement fait encore des économies budgétaires sur le dos des agents.

Le 1er mai, TOUTES et TOUS dans la rue pour répondre
aux attaques de ce gouvernement

Les politiques d’austérité budgétaires imposées par la Banque centrale Européenne aux ordres du grand capital dont notre gouvernement est un serviteur zélé sont donc suivies à la lettre.

Pour comble de duperie, cette mesure est justifiée par le ministère de la Fonction Publique comme gage de revalorisation dans le cadre des négociations sur les carrières !
On nous tond aujourd’hui et demain... on (nous) rase gratis ?

Mobilité, flexibilité, précarité, gel des salaires, rien ne vas plus et pour demain on nous promets 9 milliards d’économies supplémentaires avec un milliard pour la seule Protection Sociale.
L’heure est plus que jamais à la révolte.


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales