Conférence salariale : Pourquoi nous n’irons pas ?

Sous pretexte de préparation de la conférence salariale 2018, le ministère reprend les methodes ayant présidé à la rédaction des ordonnances cassant le code du travail : réunion bilatérale afin de diviser les syndicats et de se laisser la possibilité de changer de discours en fonction de l’interlocuteur. SUD Santé Sociaux ne participera pas à ce simulacre de démocratie sociale, nous exigeons une réunion avec l’ensemble des forces syndicales représentants les salarié.es et portons nos revendications.

Madame la Ministre,

Vos services nous ont adressé une invitation à une réunion bilatérale en vue de la préparation de la conférence salariale.

Le caractère bilatéral de cette réunion correspond à une stratégie globale de votre gouvernement, celle-ci ayant également présidé à la rédaction des ordonnances relatives aux modifications du Code du Travail menée par votre collègue Muriel Pénicaud, Ministre du Travail.

Notre Fédération n’entend pas participer à l’entreprise de morcellement du mouvement syndical conduite par le gouvernement dont vous faites partie. En conséquence, nous ne donnerons pas suite à votre invitation. Si le cadre de celle-ci n’est pas modifié. La Fédération SUD Santé Sociaux est disponible pour participer aux travaux préparatoires à la conférence salariale dans un cadre collectif, regroupant l’ensemble des forces syndicales représentant les personnels.

Dans l’attente de cette réunion large, la Fédération SUD Santé Sociaux porte les revendications suivantes :

  • L’augmentation significative des salaires, les mesures de rattrapage des pertes accumulées depuis l’année 2010.
  • La revalorisation des métiers à prédominance féminine afin d’appliquer le principe : « un salaire égal pour un travail de valeur égale ».
  • L’amélioration des conditions de travail et de l’organisation du temps de travail.
  • Une Convention Collective Commune de haut niveau, des droits et des garanties collectives des personnels.
  • L’octroi des moyens budgétaires nécessaires à l’accomplissement des missions de service public dans le secteur associatif privé non lucratif assurant le service public, avec créations d’emplois et mesures visant à la résorption de la précarité. Des mesures concrètes ciblées pour l’amélioration des conditions de travail et de rémunération dans le secteur sanitaire privé.

Dans l’attente d’un groupe de travail rassemblant l’ensemble des syndicats représentants les salarié.es du secteur et d’un processus de travail de qualité, différent du simulacre de négociation que vous entendez mener, nous restons mobilisés contre les mesures anti sociales portées par votre gouvernement.