CC 66 : Tempête sur la prévoyance !

Une fois de plus, la protection sociale des salarié-e-s de la CCN66 est attaquée. L’avenant 332, du 1/09 /2015 2015 ainsi que l’avenant 335 du 18 décembre 2015, signés par 4 organisations syndicales avec la FEGAPEI et le SYNEAS auront pour conséquences, l’augmentation des cotisations et la baisse de certaines prestations.

La prévoyance dans les conventions collectives permet dans un cadre mutualisé, d’assurer des prestations comme, la garantie capital décès, la rente handicap, la garantie de salaires pour incapacité temporaire et permanente de travail et l’invalidité.
Alors que les régimes de prévoyance étaient en équilibre, voire bénéficiaires depuis de nombreuses années, la situation s’est subitement détériorée.

La multiplication des arrêts de travail, l’accroissement des invalidités, se sont accompagnés d’une baisse conséquente des produits financiers, due au placement infructueux des cotisations collectées par les organismes assureurs.

Pourquoi la Fédération SUD Santé Sociaux n’a pas signé ces accords :

Les salarié-e-s ne sont en rien responsables de la détérioration de leurs conditions de travail et encore moins de la santé des marchés financiers. Mais il est évident que ce sont elles et eux qui subissent, de plein fouet les conséquences des politiques patronales.

Les patrons seuls, responsables de la souffrance des salarié-e-s ne remettent jamais en cause : leurs modes de gestion des établissements, ni leurs pratiques managériales.
Ce sont pourtant bien les restructurations, rapprochements réorganisations, et fusions des établissements du secteur, qui imposent au personnel des contraintes physiques et psychologiques qui ont pour seul résultat la dégradation de leur état de santé.
Le recul de l’âge de départ à la retraite (62, 63 ans et plus), ne fait qu’agraver la situation.
Pour la Fédération SUD Santé Sociaux, signer les avenants 332 et 335, c’était accepter :

  • la remise en cause des acquis conventionnels,
  • les attaques sur la protection sociale
  • la baisse des salaires
  • la gestion libérale du secteur et du personnel

Dès septembre, les partenaires sociaux ont mandaté la Commission Nationale Technique de Prévoyance (CNPTP), afin de mettre en oeuvre un plan d’action visant à réduire la sinistralité du régime de prévoyance, suite au rapport accablant du cabinet Technologia qui a permis d’identifier les causes réelles de l’augmentation des arrêts de travail dans les établissements de la branche.

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux, il est indispensable avant tout, de s’attaquer aux causes réelles de la souffrance au travail des salarié-e-s et d’/de :

-* Exiger le droit au départ à la retraite à 60 ans avec 37,5 annuités

  • Instaurer un moratoire sur les rapprochements, réorganisations, et fusions des établissements
  • Travailler à l’amélioration des conditions de travail
  • Maintenir l’emploi et les qualifications
  • Augmenter les salaires