AVEC SUD … OSONS DIRE NON ! À l’entretien annuel d’évaluation…

Alors que le ministère n’y a pas donné suite, il semble que les directeurs tentent de faire rentrer par la fenêtre l’expérimentation de l’entretien professionnel dans la FPH…

Dans le cadre très restreint d’une expérimentation au-jourd’hui close, c’est après avis du CTE, que les directeurs de la FPH ont imposé ici ou là, et à vrai dire un peu partout, des protocoles d’entretiens annuels d’évaluation des personnels ayant pour but d’apprécier leur valeur professionnelle (Décret n° 2010-1153 du 29 septembre 2010 publié pour une expérimentation limitée).

Aujourd’hui, cette phase d’expérimentation est terminée, le ministère n’y ayant pas donné suite. C’est le seul système de la notation qui redevient en vigueur (Contesté lui aussi par SUD).

Sous couvert de modernité mais avant tout fidèles aux exigences de la HAS, aux pratiques de l’économie de mar-ché et aux méthodes les plus agressives de l’industrie privée, les directeurs s’entêtent malgré tout à maintenir un système illégal.

Alors que PPCR ralenti considérablement nos carrières et limite l’action de nos élu-es en CAP, les directions comptent bien utiliser l’évaluation individuelle pour s’arroger un droit divin d’avancement à la tête du client…

Faute de fondement juridique, cherchant à nous faire passer des vessies pour des lanternes, ils s’appuient ici sur des textes désuets ou utilisent là le Cheval de Troie de la formation continue pour arriver à leurs fins…

En aucun cas le recensement et l’analyse des besoins en formation des personnels n’ont pour but d’évaluer les per-formances des salarié-es, a fortiori en comparant l’atteinte des leurs objectifs d’une année sur l’autre !

En aucun cas le ministère n’a décrété la poursuite et en particulier à cette fin, de l’expérimentation sur l’entretien professionnel, autrement dit : « Entretien annuel d’évaluation » !

Chacun-e d’entre nous peut refuser
à tout moment de s’y plier.

Ces pratiques-là sont dangereuses ! Elles induisent un sen-timent d’insécurité au travail, une compétition de fait entre les individus au moment où il est pourtant urgent de soigner le collectif.

L’entretien annuel d’évaluation est un management par la peur, le même pratiqué un temps à France Telecom, provoquant un sentiment de harcèlement permanent, une souffrance au travail telle, qu’elle pousse certain-es au suicide.

La Fédération SUD Santé Sociaux a de nombreuses fois alerté le ministère sur cette situation dont très récemment au sujet de la mise en place du projet QVT (Qualité de Vie au Travail/De qui se moque-t-on ?).

Chacun-e pourra prendre connaissance du courrier ci-joint, qui n’ayant toujours pas fait l’objet de réponse officielle, atteste l’idée que notre argumentaire tient bon :

LE DISPOSITIF D’ENTRETIEN PROFESSIONNEL
EST DEVENU CADUC DANS LA FPH,
REFUSONS-LE !