Auto-satisfaction et retour à l’anormal

Productivisme, patriotisme, sécuritarisme voici un résumé de l’allocution du président Macron du 14 juin 2020. Au revoir le discours du 12 mars dernier sur l’Etat providence et dont ce qu’il en restes nous a permis d’affronter la crise malgré l’incompétence et les mensonges du gouvernement.

Comment le gouvernement peut-il s’auto-féliciter de son bilan catastrophique dans cette crise sanitaire ?

Entre les mensonges, manque de masques, de blouses, de lits de réanimation, la réaction tardive à l’arrivée d’un virus connu depuis décembre 2019, les plus de 30 000 décés dont des milliers dans les EHPAD qu’on n’a même pas cherché à sauver, des centaines de professionnels contaminés et d’autres décédé-e-s, sans compter toutes les morts indirectes de ceux et celles qui ont trop attendus pour se rendre aux urgences et qui sont décédé-e-s d’infarctus, d’AVC, et autres pathologies pour lesquelles attendre c’est réduire ses chances de survie.
La Fédération SUD Santé Sociaux ne peut ni se taire, ni oublier que le désastre que nous venons de vivre et qui se poursuit encore, trouve sa source dans l’incurie de nos dirigeants politiques et dans l’avidité de ceux qui les soutiennent en premier lieu les multinationales et la finance !

La Fédération SUD Santé Sociaux, attendait un bilan factuel de la gestion de la crise sanitaire, des excuses sur le manque de réactivité gouvernementale, des condamnations sur les violences policière, entendre le mot solidarité et le rappel de l’importance des services publics, de l’état providence, entendre à nouveau que la santé n’avait pas de coût, et que la protection sociale était à défendre, entendre que le gouvernement aller donner des dizaines de milliards pour le service de santé public comme il l’a fait pour l’aéronautique …. Nous aurions aimé entendre que partout dans le monde, une aspiration à plus de justice sociale se fait entendre et que la France allait se joindre à cette grande marche ?

Le pouvoir macroniste préfère ainsi revenir à ses fondamentaux ultralibéraux et nous prépare le retour au monde d’avant… en pire. Parce qu’à demi mot on a entendu que les premier-e-s de corvées allait encore devoir faire des efforts pour relancer l’économie et que des baisses les salaires ou augmentation du temps de travail par des accords de performance collective se prépare. Et le “quoiqu’il en coûte” pour la santé, le social et le médico-social a été oublié, la président préférant se féliciter des “négociations” du Ségur de la Santé. Mais de quelles négociations parle-t-il quand on assiste à un recueil de doléance ? Alors que nos revendication il les connaît depuis plus d’un an !!
La Fédération SUD Santé Sociaux le redis : ce “Ségur” n’est qu’une vaste opération de communication ! Les fermetures de lits ont repris, les privatisations et suppressions de postes aussi.

Le retour au monde d’avant en tellement pire que nous avons un gouvernement dont le discours devient celui de l’extrême-droite : renforcement de l’encadrement des rassemblements et aucun mot sur les violences policière. Et un président qui continue ce que les gouvernements successifs ont fait depuis des lustres : stigmatiser les personnes racisées en les taxant de communautaristes.

Non, Monsieur Macron les forces de l’ordre ne méritent pas le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation. En 1789, la Déclaration des Droits de l’Homme et des citoyens a écrit dans son article 12 : « Cette force est instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée. » Aujourd’hui nos forces de l’ordre sont bien loin de tout ça.

Mais heureusement le Conseil d’Etat a rétabli le 13 juin la liberté de manifester dans le respect des mesures barrière car cette interdiction générale et absolue était contraire à la liberté d’expression collective des idées et des opinions, à la liberté de réunion et à la liberté syndicale.

Macron a l’air d’aimer les statues, il en le charisme ... déboulonnons-le et vite !!

RDV dans la rue le 16 juin et après !