Une autre santé est possible : appel de Florence

Le séminaire "santé et néolibéralisme" qui s’est tenu jeudi 7 novembre 2002 pendant les journées du Forum Social de Florence a élaboré le document suivant, qui sera proposé à tous les mouvements sociaux européens :
La santé est un droit universel et essentiel qui doit être garanti gratuitement
Le néolibéralisme, selon différentes modalités nationales, mais avec une même tendance, a progressivement produit la négation de ce droit, conformément aux politiques du FMI et selon les accords du GATS.
Cette négation de droit s’insère dans le processus de destruction de l’Etat social, et passe à travers le démantèlement des systèmes nationaux et toutes les préconditions necessaires pour la santé (salaire, droit au logement,retraite, temps libre...). Détruit la recherche independante capable de produire un savoir scientifique déterminé par les besoins de la population. L’obligation de l’équilibre de bilan pour les structures publiques et l’augmentation constante du rôle des structures privées de santé sont des exemples éclatants d’une mise en marché de la santé de plus en plus vaste.

En bref, cela signifie pour les utilisateurs une coupe drastique du niveau et de la qualité des soins, et pour les personnels, une augmentation de la charge de travail provoquant la négation de plus en plus complète de la dignité des travailleurs.

Pour réagir à ce processus il faut :
- 1. garantir des systèmes de santé publique, universels, gratuits pour tous, y compris les immigrés, et correspondant en termes de qualité aux besoins.
- 2. réaffirmer l’objectif prioritaire de la promotion de la sante, de la prévention, le caratère respectueux de la personne humaine, des soins, de la rééducation,
- 3. veiller, avec le controle populaire , que les traitements ne soient pas sous l’influence du marché et en particulier des grandes firmes pharmaceutiques.
- 4. diminuer l’exposition à la pollution (classique comme l’amiante, nouveau comme les champs électromagnetiques) pour la population et pour les travailleurs.
- 5. combattre la privatisation du génome par les industries pharmaceutiques transnationales ce qui est le prélude d’une médecine hyper technologique réservée aux riches dont le but serait la production et la commercialisation de médicaments à partir de la pharmacogénomique et de Kit diagnostique utilisable à des fins de discrimination et de sélection sur des bases génétiques de la population.

Pour ne pas seulement résister, pour amplifier les luttes nationales des personnels de la santé et des associations de défense du droit à la santé, nous proposons la création d’un réseau européen, qui soit à la fois un lieu d’analyse, de débat,de confrontation des experiences et de propositions de luttes à l’échelle européenne.
Nous proposons la construction d’un nouveau genre de système de santé nationale non asservi aux logiques du marché tout en sachant que c’est seulement au travers d’une lutte générale, politique et sociale, que nous obtiendrons un système de santé repondant à l’ensemble des besoins de la population.
Pour construire cette alternative, le prochain rendez vous européen est pris pour le 15 fevrier 2003 à Paris.

Contact pour Paris :
Federation Sud Sante Sociaux
2 rue Henri Chevreau
75020 Paris
Tel. 01 40 33 85 00
sud.crc@wanadoo.fr


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales