Une autre idée de la solidarité

Jadis, le 30 juin 1956, un Ministre, Ramadier, avait eu une idée "formidable"
pour venir en aide aux vieux (à l’époque, il n’y avait pas de personnes âgées,maisseulement
des vieux... L’idée était de taxer tous ceux qui possédaient une automobile.
La vignette-auto était inventée. Et les vieux furent très contents :ils eurent
droit à un panier garni à Noë l et à des médailles tout au long de l’année avec parfois
même, une photo dans le journal local. Mais il faut dire que, très rapidement,
les recettes de la vignette-auto furent utilisées à tout autre chose. De toute façon,
au fur et à mesure des années, il n’y eut plus de "vieux",mais seulement des "personnes
âgées". La vignette était donc devenue sans objet. Naguère, un Premier
ministre, Jospin, supprima la vignette pour la plupart des véhicules.
Aujourd’hui, un Premier Ministre, Raffarin, vient d’avoir une idée, qualifiée de
formidable par le Medef : il faudrait faire travailler un jour de plus tous ces privilégiés
qui croulent sous les congés payés, voire les 35 heures et le droit à la retraite
à 65 ans !
Les cotisations sociales découlant de cette journée seraient versées,on ne sait
pas trop où,quand,comment,pour tous les salariés mensualisés, avec quel contrôle
et quelles garanties de leur affectation.
L’Union syndicale-G10 Solidaires a une autre idée, réellement formidable,
pour aider les personnes âgées : taxer, même légèrement, toute l’industrie pharmaceutique
qui fait de très gros bénéfices en leur vendant des médicaments qui
coà»tent trés cher à la Sécurité sociale, et d’autant plus cher que leurs profits sont
élevés !
On pourrait aussi ne pas baisser leur retraite , et même l’augmenter ; on pourrait
encore majorer l’impôt de solidarité sur la fortune pour financer des services
publics de proximité pour répondre aux besoins des personnes âgées.
Et l’Union syndicale-G10 Solidaires a aussi d’autres idées "formidables" : saisir le
capital des sociétés bénéficiaires qui se délocalisent et le redistribuer aux personnes
licenciées ; taxer les profits spéculatifs pour augmenter les allocations des
chômeurs et les minima sociaux et engager une réelle politique de formation qualifiante....
Plus généralement, l’Union syndicale-G10 Solidaires propose et agit pour
favoriser la mise en place d’outils de solidarité au plan local, national et international,
pour réduire les inégalités sociales, territoriales et générationnelles. Bien
entendu, cette solidarité doit reposer sur l’ensemble des richesses et ne pas faire
appel seulement aux salariés et à leurs cotisations sociales : sinon, cela s’appelle
une arnaque !


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales