Un reclassement chèrement "mal payé"

La dernière séance de négociation s’est déroulée le 5 janvier en présence de Mme Bachelot.
Les ultimes propositions permettront de faire appliquer les mesures avec un peu moins de retard, les premières mesures
étant applicables en décembre 2010 au lieu de janvier 2011pour le reclassement en A et en juin 2011 au lieu de décembre 2011 pour le reclassement dans le nouvel espace statutaire (B).

Les représentants du ministère ont, dès le début des négociations, déclaré que compte tenu de cette revalorisation historique (sic) des contreparties seraient exigées, et non négociables, à savoir la suppression de la catégorie active, mais aussi une aggravation des conditions de travail avec de nouvelles tâches à accomplir sans moyens supplémentaires.

Au-delà d’un reclassement qui était devenu incontournable, le ministère de la santé a toujours voulu le lier à la suppression de la catégorie active, anticipant sur une remise en cause générale de la possibilité de partir en retraite à 55 ans pour les hospitaliers.

Le journal patronal "les Echos" titrait triomphalement au lendemain de la dernière séance des négociations : "les infirmières renoncent à la retraite à 55 ans pour être mieux payées" !
Ce ne sont pas les infirmières qui ont renoncé, c’est le ministère qui a imposé ce diktact, malheureusement sans réaction suffisante de l’ensemble des organisations syndicales

En documents joints :

- les 6 parties du protocole avec les commentaires de SUD
- les différentes grilles de reclassements
- Tract : un reclassement chèrement "mal payé" !


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales