- Grève le 18 octobre

Salaires, emplois, retraites, arrêtons la casse !

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale en préparation aggrave la cure d’austérité des établissements de santé. La convergence totale de financement des établissements publics et privés commerciaux se met en place au plus grand profit des seconds.

Les dernières déclarations du Président de la République concernant les fonctionnaires ont de quoi faire réagir à plus d’un titre.
Au-delà du principe affiché de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant en retraite, l’annonce qu’il serait maintenant possible d’embaucher des agents sur contrat privé est une remise en cause de l’existence d’un statut de la fonction publique.

Concernant les salaires :

Aucune revalorisation générale en vue en 2007 comme en 2008. Pire, la volonté d’introduire le salaire au mérite a été réaffirmée, c’est à dire
l’invidualisation des augmentations salariales futures. Le dernier protocole salarial dans la Fonction publique hospitalière signé en octobre
de l’année dernière laisse près de 80% des personnels sans revalorisation.

Des plans d’économies partout !

Pas un jour, sans qu’un établissement n’annonce un plan d’économie. Suppressions d’emplois, réorganisations, mobilité imposée deviennent
monnaie courante. Le centre hospitalier du Havre vient par exemple d’annoncer un plan de suppression de 500 emplois sur 5 ans.
Le passage à 100% de la tarification à l’activité en 2008 va aggraver les conditions de travail en instaurant de plus en plus la notion de production de soins, privilégiant les actes techniques au détriment de la prise en charge globale du patient.
Un grand nombre d ’établissements déjà en déficit vont devoir se restructurer, beaucoup d’hôpitaux locaux sont menacés de disparaître.

Plus de précarité, plus de flexibilité, moins de règles collectives, la logique libérale s’accentue !

Pour le personnel en place, les conditions de travail au quotidien se dégradent : repos décalés, heures supplémentaires imposées souvent non
comptabilisées, glissements de tâchesinsécurisants ...
Sud santé-sociaux appelle à la journée de grève nationale le 18 octobre pour l’emploi statutaire, les salaires et la défense de notre régime de retraite avec l’ensemble des personnels des fonctions publiques et du
secteur nationalisé.
Sud appelle à participer nombreux aux manifestations unitaires qui seront organisées dans tout le pays.

Pour Sud cette première journée de riposte doit être l’occasion pour l’ensemble des personnels d’exprimer leur volonté de réagir
contre les projets de casse sociale.

Sud santé-sociaux recherchera l’unité syndicale la plus large possible pour organiser un plan d’action sur la durée pour faire aboutir nos revendications, et notamment lors du vote de la loi de financement de la
Sécurité-sociale.

La fédération Sud santé-sociaux dépose unpréavis de grève national reconductible pour le jeudi 18 octobre.


Déjà des réactions !
A l’initiative du Pr André Grimaldi diabétologue à Pitié Salpétrière, 1000 praticiens et cadres hospitaliers ont signé une pétition contre la
tarification à l’activité à 100%.
Sud soutient cette initiative et recherchera toutes les convergences d’actions possibles pour défendre le service public de santé et
promouvoir son développement.