Retraites : le projet du gouvernement n’est ni amendable, ni négociable ! Exigeons son retrait !

Le projet de loi sur les retraites va être soumis à partir du 7 septembre à l’Assemblée nationale. Toutes les organisations syndicales appellent à la grève et à manifester contre un projet particulièrement régressif.

Depuis 1993, d’attaques en contre- réformes, les régimes de retraite sont mis à mal tant pour les salariés du privé, que ceux du public entraînant une baisse des pensions en moyenne de 20%.

Ce n’est pas encore suffisant pour le gouvernement et le patronat qui veulent faire sauter le verrou de l’âge légal de 60 ans et allonger encore davantage le nombre d’annuités nécessaires sans décote. Le passage à 62 ans n’est sans aucun doute qu’une étape. Il suffira juste à l’avenir de faire voter un amendement à la sauvette pour ensuite passer à 63, 64 ou 65 ans !

Ne nous y trompons pas, ces mesures si elles étaient adoptées diminueraient encore davantage les pensions pour une majorité de salariés.

Aujourd’hui plus de 50% des retraitables à 60 ans ne sont plus au travail du fait du chômage et de l’invalidité. Retarder l’âge légal ne changera rien, sauf un abaissement de leur niveau de pension.

Quant à la pénibilité, elle ne serait plus reconnue qu’au cas par cas, pour les salariés déjà invalides !

Dans la Fonction publique hospitalière, le maigre reclassement des infirmières a été le prétexte pour remettre en cause la notion de pénibilité d’une profession emblématique. Si le métier d’infirmière n’est plus reconnu pénible, plus aucun autre ne le sera et il est à craindre que les professions qui sont encore classées "actives" (comme les aides-soignants) ne le soient plus longtemps.

Si tous les salariés sont frappés, les femmes le seront davantage, car bien souvent elles ont suspendu leur carrière pour élever leurs enfants (disponibilité ou congé parental) et ont massivement eu recours au temps partiel (à 95% féminin).

C’est le régime par répartition qui est menacé à court terme.

En réduisant massivement le montant des pensions, gouvernement et patronat veulent encourager les salariés (ceux qui en auront les moyens !) à souscrire des contrats de retraite complémentaire auprès des assureurs privés, rompant avec la logique de solidarité intergénérationnelle des retraites par répartition et accroissant ainsi les inégalités sociales.

Avec la crise financière, la capitalisation a eu des effets dévastateurs sur le montant des pensions des retraités américains et anglais. Ne laissons pas les boursicoteurs jouer avec nos futures pensions !

LE 7 SEPTEMBRE EN GREVE ET DANS LA RUE
POUR LES RETRAITES, LES SALAIRES ET L’EMPLOI !


Un mouvement de grève aussi puissant soit-il d’une seule journée sera insuffisant pour obtenir satisfaction !

SUD appelle les salariés à se réunir et à préparer un mouvement durable sous les formes les plus adaptées jusqu’au retrait du projet du gouvernement. Au-delà des retraites, c’est aussi défendre un modèle de société plus solidaire !

SUD santé sociaux dépose un préavis de grève national illimité à partir du lundi 6 septembre 20 Heures.

Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales