Retraites : amplifions partout la mobilisation pour gagner !

Trois millions de manifestants dans la rue le 7 septembre ne suffisent manifestement pas. Le gouvernement n’a lâché que quelques miettes et maintient son projet de loi en l’état, imposant le recul du départ en retraite et une baisse généralisée des pensions.

La journée de grève du 7 septembre a été très suivie et les cortèges de la santé et du secteur social ont été particulièrement importants et dynamiques. Tout cela malgré les assignations et les atteintes au droit de grève dans beaucoup d’établissements et l’absence de collègues encore en congé.

Il est possible de gagner !
Nous pouvons stopper cette nouvelle régression sociale qui vient se greffer à la dégradation des conditions de travail, la demande accrue de productivité réclamée par les directions du privé et du public.

Il est grand temps de stopper cette spirale du travailler toujours plus qui nous fait perdre la satisfaction d’exercer des métiers utiles consacrés au bien être de la population, sans parler des rémunérations de moins en moins attractives.
Ne perdons pas notre vie à la gagner !

Cette exigence exclut tout rallongement de l’âge de départ en retraite à taux plein.

Le véritable enjeu de cette "contre-réforme" est de savoir qui va payer. Le gouvernement a fait un choix libéral exonérant les entreprises et les grandes fortunes au détriment des salariés et des retraités.

D’autres solutions existent : une autre répartition des richesses, la taxation des profits financiers, des stocks-options, l’arrêt des exonérations de cotisations sociales, mais aussi la politique du plein emploi ; la revalorisation de tous les salaires ...

Gagner sur les retraites aujourd’hui, c’est stopper les autres menaces d’ores et déjà annoncées par le gouvernement contre la sécurité sociale solidaire, les droits collectifs du travail ...

Pour gagner, l’action doit s’amplifier et s’organiser dans la durée. La prochaine échéance de mobilisation générale interprofessionnelle a été décidée pour le 23 septembre.

D’ici là il faut maintenir la pression. La fédération SUD santé-sociaux appelle tous les salariés, syndiqués, non-syndiqués à organiser des débats, des actions visibles exprimant leur refus de ce projet de loi. Un préavis de grève national a été déposé pour le 15 septembre, jour du premier vote à l’Assemblée nationale.
En Ile de France, un rassemblement est d’ores et déjà appelé devant l’Assemblée nationale à partir de 12H. Dans les départements et localités d’autres initiatives doivent s’organiser devant les préfectures, permanences d’élus ...

Ensuite, le 23 doit être encore plus puissant afin de montrer à ceux qui décident à notre place notre détermination à obtenir l’abandon de ce projet.


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales