Pour une reconnaissance des métiers et des revalorisations salariales

Les salariés des CLCC demandent une reconnaissance de leurs professions, de leurs diplômes accompagnée des revalorisations salariales significatives. Certains salariés dans des centres ont obtenu des avancées conséquentes après leur lutte.

Les salariés des CLCC dénoncent de plus en plus clairement, l’individualisation des salaires aboutissant à la mise en concurrence :
- des salariés,
- des catégories professionnelles.

La fédération patronale se retranche derrière les difficultés fi nancières de certains centres, pour ne pas ouvrir des négociations nationales.
Elle demande :
- aux directions de centres dont les capacités financières sont satisfaisantes, d’ouvrir grâce à leurs marges de manoeuvre,
des négociations locales, avec comme consigne de rester raisonnable, l’avenir des centres en dépendrait !
- de ne pas remettre en cause la politique salariale de la fédération depuis la mise en place de la convention collective de 1999.

Des luttes ont été menées entre autre à Bordeaux et à Nantes avec les assistantes médicales, les manipulateurs. La mobilisation
a payé avec sur Nantes passage de l’ensemble des manipulateurs en radiothérapie de niveau F au niveau G. Ailleurs se sont des primes de technicité en fonction de l’ancienneté qui ont été obtenues ...
Il est clair que lorsque la bagarre est menée localement, il y a des avancées.

Elles sont actuellement catégorielles, demain elles doivent l’être pour toutes les professions, dans tous les centres.
Autre exemple actuellement à Angers.
Lundi 9 mai 2011, mobilisation d’une ampleur jamais connue dans le centre. Le personnel s’est mobilisé le jour du Conseil d’Administration, pour afficher son fort mécontentement et présenter ses légitimes revendications. Une délégation de toutes les catégories professionnelles aété reçue par le C.A. et a déposé les plates
formes revendicatives.

En amont du 9 mai, s’est mis en place un collectif auto organisé, d’ASH, d’aides soignantes, d’IDE, d’assistantes médicales, de coursiers brancardiers, de techniciens de laboratoires, de manipulateurs
soutenu par les organisations syndicales SUD, FO.

Ils demandent :
- la reconnaissance à leur juste valeur des diplômes et des professions,
- des revalorisations salariales.
La direction a reçu le collectif " des salariés en colère " représentant l’ensemble des catégories professionnelles.
Pour la direction, seules les conditions de travail sont négociables localement, le reste est du ressort de la négociation au niveau national dans le cadre de la Convention Nationale Paritaire (C.N.P.).
Les IDE, ont demandé aux organisations syndicales de déposer un préavis de grève illimitée à partir du lundi 6 juin.
Les autres catégories professionnelles, sont insatisfaites de leur situation salariale.
En particulier les aides-soignantes, la proposition de la FNLCC ne prend pas en compte la reconnaissance de leur diplôme
sans revalorisation dès l’embauche (RMAG 0 rien).
Avec des revalorisations des RMAG
1 et RMAG2 c’est 30% des AS au niveau national qui seront sur la touche ! Merci la VAP 2 !

Une lettre ouverte est adressée à la FNCLCC pour une reprise immédiate des négociations pour toutes les professions (copie au verso). Pour la Fédération SUD santé-sociaux, il faut élargir cette mobilisation à l’ensemble des centres.


Pièces-jointes

Mots-Clefs Associés

Cet article parle de

Conventions Collectives

Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales