Pour sauver l’hôpital, le 20 octobre, tous dans la rue !

Le 20 octobre s’ouvre à l’Assemblée Nationale le débat sur l’Objectif national des dépenses de l’assurance maladie (ONDAM). Ce jour là à l’appel de la CGT et de Sud, une manifestation nationale des personnels des hôpitaux publics et privés est organisée à Paris pour exiger des moyens pour la santé.

Pour les personnels, la coupe est pleine !

Pas un seul jour, où les personnels ne subissent davantage les effets restrictions budgétaires dans les hôpitaux qu’il soient publics ou privés : suppressions d’emplois annoncées dans tel établissement, non remplacement de tous les départs prévus dans la plupart des hôpitaux ; passage à la sous-traitance des activités logistiques comme récemment à l’Institut Gustave Roussy (CLCC).

Pendant ce temps les heures supplémentaires s’accumulent, les plannings sont chamboulés à la dernière minute, des soignants sont même rappelés à domicile (en toute illégalité) sur leur repos.
Des emplois sous statut ou en CDI sont remplacés par des emplois précaires et sous-payés, des contrats aidés "dits" d’avenir ou de retour à l’emploi !!!

Quant aux feuilles de paye, elles restent désespérément bloquées aux mêmes montants, les modiques augmentations de la fonction publique étant annulées par la progression des cotisations sociales.

A l’heure actuelle, malgré les demandes unanimes des organisations syndicales, aucune ouverture de négociations sur les différentes filières professionnelles n’est prévue. Pire, dans plusieurs établissements, les directions ne réunissent même plus les commissions paritaires d’avancement, en arguant le manque de financement pour les éventuelles promotions.

Et pour les patients, l’offre de soins se réduit ...

Les projets de restructurations drastiques sont en préparation ; les blocs opératoires effectuant moins de 2000 interventions par an sont menacés de fermeture, et donc les services de chirurgie correspondants. Ce sont 200 établissements de santé qui seraient ainsi condamnés à disparaître.

Les hôpitaux psychiatriques, malgré les annonces gouvernementales, ne sont pas mieux lotis et de nombreuses structures extra-hospitalières ferment faute de moyens.

Les listes d’attente des patients sont de plus en plus longues dans de nombreuses spécialités. L’accès aux soins en temps utile n’est plus assuré sur tout le territoire pour toutes les catégories de la population.
Sans mobilisation nationale, seuls les hôpitaux "usines à soins" survivront à la réforme Matteï, Douste-Blazy, Bertrand, "le plan hôpital 2007" de destruction de l’hospitalisation publique et non commerciale.

Les ripostes s’organisent ...

Dans de nombreux établissements de santé, des luttes unitaires de personnels ont permis d’obtenir tantôt des rallonges budgétaires, tantôt une réduction des plans d’économies. Mais rien de durable ne sera gagné sans un véritable mouvement national dans la santé.
Le 20 octobre doit être une étape supplémentaire de cette mobilisation, dont les suites doivent être d’ores et déjà débattues unitairement dans chaque établissement.


Manifestation nationale des hospitaliers publics et privés
Jeudi 20 octobre 2005 Rassemblement à partir de 12H
Gare Montparnasse(14ème) pour se diriger
vers l’Assemblée Nationale et le Ministère de la santé.