Pour la Santé, le Social, les Retraites, Pour la Protection Sociale, Toutes et tous dans la rue le 15 juin 2013 !

Le gouvernement s’attaque aux retraites, au financement de la CNAF (allocation familiale)
et continue ses plans d’économies sur la santé, l’action sociale et la protection sociale.
N’acceptons pas l’inacceptable. Toutes et tous dans la rue, à Paris, le samedi 15 juin !

Pour la Santé, le Social, les Retraites,
Pour la Protection Sociale,
Toutes et tous dans la rue le 15 juin 2013 !

Partout dans la Santé et le Social les actions
se multiplient : manifestation régionale
à Rennes de la Psychiatrie, action
dans l’Isère contre 200 suppressions
d’emplois dans le secteur Social, actions
locales contre les restructurations...
Coordonnons nos actions sur tout le territoire !
Il y a urgence à construire la mobilisation
et à fixer sans attendre un cap pour la rentrée,
dans le cadre d’une lutte prolongée.
Pour nous, salarié-es des secteurs Sanitaire,
Social, Médico-social, la question
de la régression sociale revêt un caractère
particulier.
Les plans d’économie n’en
finissent pas et se succèdent :
- Ils pénalisent en premier lieu, les
patient-es, les personnes handicapées,
les usager-es, les familles : franchises
médicales, forfait hospitalier en hausse,
réduction de l’accès aux soins, des droits
sociaux et des aides publiquesâ ?¦
- Ils sacrifient les personnels sur
l’autel de la rentabilité. Dans un mépris
total, les salarié-es du Sanitaire, du
Médico-social et du Social subissent, un
peu plus chaque jour, une dégradation de
leurs conditions de travail.
Le sous effectif chronique, les non- remplacements,
la flexibilité accrue, la précarité,
la remise en cause des statuts et la
casse des conventions collectives aggravent
chaque année la situation.
Les salaires stagnent (20% de perte de
pouvoir d’achat en moins de 15 ans) dans
tous les secteurs publics et privés.
Dans tous les établissements les plus bas
salaires sont en dessous du SMIC et font
l’objet de mesures continuelles de rattrapages.
La volonté affichée par le gouvernement
et le patronat est de réduire les budgets
de la Santé et du Social, en s’attaquant
aux salaires, et à la Protection Sociale.
La mise en concurrence des établissements
entre eux, induite par la mise en
place de la tarification à l’activité (T2A)
dans le secteur sanitaire, et la loi HPST
entrainent toujours plus de restructurations,
de diminutions d’effectifs, de licenciements.
La marchandisation de la Santé et du Social
s’installe progressivement.
Disons NON aux sous effectifs responsables
des conditions de travail inacceptables,
conduisant à la maltraitance institutionnelle.
Disons NON aux amplitudes de travail
démentielles et aux repos non respectés,
au détriment de l’équilibre personnel et
de la vie familiale (rappels téléphoniques
à domicile répétés, au mépris des règles
élémentaires de sécurité et du droit aux
congés hebdomadaires).
Disons NON aux bas salaires et à l’individualisation
des rémunérations.
Disons NON à la précarité, qui grandit
dans l’ensemble des secteurs (CDD, temps
partiel non choisi, emploi aidésâ ?¦)
Disons NON, à la remise en cause des
statuts et la casse des conventions collectives.
Les retraites :
juste une question de partage des richesses
Les réformes successives des retraites, centrées sur l’allongement
des durées de cotisation conduiraient la plupart
des salarié-es à partir en retraite usé-es.
- C’est une régression majeure en terme de droits sociaux.
- C’est un accroissement des inégalités entre les jeunes qui
rentrent de plus en plus tard dans la vie active et les salarié-
es plus âgé-es qui doivent travailler plus longtemps.
- C’est un accroissement des inégalités entre les femmes
aux carrières morcelées et les hommes aux carrières
complètes plus linéaires et mieux reconnues.
Pendant ce temps, les banques soi-disant " en faillite "
en 2010, se sont refait une belle santé. Les entreprises
continuent à engranger des bénéfices, tout en licenciant
pour répondre aux appétits des actionnaires.
Les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de
plus en plus pauvres et nombreuxâ ?¦. !
La précarité menace l’ensemble des salarié-es.
-Patient-es et usager-es sacrifié-es
- Salarié-es de la Santé et du Social sacrifié-es
- Santé et Protection sociale sacrifiées
- Retraites sacrifiées
à?a suffit !
Toutes et Tous à la manifestation unitaire
Nationale à Paris
Samedi 15 juin 2013
13h place de la bastille
en direction de la place de la Nation