Pétition pour les Centres Médico-Psychologiques

Quels soins pour demain dans les CMP ?

Nous, professionnels des Centres Médico psychologiques (secrétaires, infirmiers et infirmières, éducateurs, orthophonistes, psychomotriciens, assistants sociaux, psychiatres, pédopsychiatres, psychologues, et autres intervenants) tirons la sonnette d’alarme pour l’avenir des CMP.

Dans toute la France, les CMP prennent en charge en équipes pluridisciplinaires une large part des consultations et suivis d’adultes, enfants, et adolescents et de leurs familles. En lien avec tous les autres secteurs, ils ont plus de 30 ans d’expérience et d’analyse clinique de l’évolution de ces troubles dans les mutations sociales.

- Nous dénonçons le démantèlement programmé du secteur public de santé mentale selon les recommandations du rapport Clery-Melin au nom de la gestion au moindre coà»t.

- Nous remettons en cause la pertinence des principes d’évaluations essentiellement budgétaires et comparatifs, et l’assimilation des soins en psychiatrie au traitement des affections organiques, selon le PMSI appliqué à la psychiatrie (programme de médicalisation des systèmes d’informationâ ?¦dont le modèle avoué est la gestion de Medicare aux USA !)

- Nous réagissons vivement contre les propositions du rapport Cléry-Melin (base de la déclaration d’un projet de refonte de la "santé mentale" par le gouvernement pour le premier trimestre 2004) qui visent à codifier les prises en charge psychiatriques et psychothérapiques.

- Nous nous élevons contre les projets pseudo scientifiques de grilles d’évaluation statistiques épidémiologiques et diagnostiques.

- Nous nous opposons fermement à toute pratique arbitrairement établie et normative ainsi qu’aux "dites références de bonnes pratiques" qui tendent à faire entrer les soins dans une logique d’entreprise basée sur la productivité et des résultats "objectifs" :

La particularité d’une personne considérée dans son histoire singulière ne peut en aucun cas se réduire à la gestion et la réparation standard d’une marchandise.

Nous dénonçons les priorités comptables et le parti pris idéologique qui, au faux prétexte de l’intérêt des "usagers" ravalent les troubles psychiques à un dysfonctionnement à traiter au moindre coà»t, et conduisent à la destruction du travail clinique.

DEMAIN la prise en compte de la souffrance psychique se ramènera à l’ordonnance administrative d’un certain nombre d’actes, selon une nomenclature des troubles et un barème de prise en charge, jusqu’à concurrence d’une somme forfaitaire. Aucun trajet singulier ne sera plus envisageable.

Nous ne l’accepterons pas !

Nous dénonçons la visée réductrice et normative du PMSI et nous récusons particulièrement l’application du PMSI-PSY à la pratique des CMP, nous exigeons la suppression de toute référence à l’ANAES et à ses recommandations de bonne pratique dans les projets législatifs et réglementaires qui sont en cours concernant l’exercice des psychothérapies, et nous réclamons une véritable consultation immédiate des professionnels du secteur santé et du secteur médico-social

Seule une concertation de ce type, étalée dans le temps, permettra aux gouvernants de définir des priorités et des choix cohérents, tenant compte des finances, et s’instruisant des pratiques et de l’expérience des professionnels pour améliorer effectivement la qualité des soins vers chaque personne concernée.


Le Comité de Vigilance des CMP (initiative 22)

Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Résistance !

CC 66, on continue !

CC66 : victoire possible


Rechercher sur le site