Personnels des écoles, des centres de formation et des services de la délégation à la formation

Vendredi 22 mars, les organisations syndicales unanimes ont suspendu au bout d’une heure la première séance de négociation du protocole local : la Délégation n’avait rien à offrir au regard de la demande de maintien des congés pédagogiques pour les formateurs.
En introduction de séance, SUD-SANTE a demandé que le protocole soit examiné par fonctions et non de manière globale et confuse comme le projet qui nous a été présenté. C’est la seule condition pour que l’ensemble des catégories professionnelles travaillant dans les structures de la Délégation ne soient pas oubliées dans un contexte où le problème des formateurs est en première ligne.

Mais, cette condition ne sera portée que si tous, avec les formateurs, et avec nos spécificitées professionnelles nous savons nous faire entendre !

Dans le préambule, le projet de protocole nous fait rêver à un équilibre entre la vie professionnelle et personnelle, mais si ce doit être au prix d’une dégradation de nos conditions de travail simplement compensées par des jours de repos supplémentaires, à prendre sur des périodes imposées, nous risquons de le payer cher un jour ou l’autre : nos activités se démultiplient, la réponse doit être de plus en plus rapide, les moyens humains vont être forcément en baisse puisque les emplois ne sont pas créés en proportion à la réduction de notre temps de travail !

Ne nous faisons aucune illusion, les 7 heures 36 prévues par le protocole, ce sera très vite 8 heures, voire bien davantage pour certains parmi nous et cela sans possibilité réelle d’heures supplémentaires qui seront plafonnées à 10 heures/mois.
Le projet de protocole prévoit une dérogation au principe des cycles de 7 semaines, afin d’organiser la prise des jours RTT sur certaines périodes de fermeture de nos services, alors exigeons une dérogation pour avoir des journée de travail en 7 heures 50, davantage compatibles avec les horaires d’ouverture de nos structures, avec bien évidemment les 26 jours RTT prévus .
Si cette dérogation n’est pas possible pour la Délégation, compte tenue de la spécificité de ses activités, alors aucune autre dérogation ne doit être envisagée !

Pour une prise en compte de notre reliquat d’heures dues, avec récupération en jours ou en rémunération selon notre demande
Pour des journées de 7h50, avec 26 jours RTT
Pour une organisation de nos jours RTT de manière concertée et non imposée
Pour un droit systématique pour tous, aux 2 jours hors saison et au jour de fractionnement
Pour une création d’emplois à la hauteur des besoins en personnel dans toutes les catégories, afin de pouvoir continuer à répondre de manière satisfaisante à la demande des étudiants, des stagiaires, des personnels en formation, chaque année plus nombreux
Mais aussi, pour que les formateurs obtiennent leurs jours de préparation pédagogique car c’est tous ensembles que nous pourrons gagner

RASSEMBLEMENT DEVANT LE CFCPH (rue Jenner)
MERCREDI 27 MARS A 9 heures
PENDANT LA PROCHAINE SEANCE DE NEGOCIATION

Comme c’est mercredi (et oui, on ne l’a pas fait exprès !)
venez avec vos enfants si vous êtes en TP,
cela fera encore plus de bruit

contact : 01 42 33 51 30
01 42 16 11 92

SUD-SANTE AP-HP 29, rue du Louvre 75002 Paris _
Tel : 01 42 33 51 30 _
Fax : 01 42 33 51 28 _
E mail : sudsante.aphp@wanadoo.fr _
Paris le 25 mars 2002

Fait à Paris, le 26 mars 2002


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales