Notre Santé, ça me regarde !

Notre Santé, ça me regarde !

Pour un service public de santé, solidaire, de proximité, accessible partout !

Nous sommes aujourd’hui confrontées à une dégradation de notre système de santé dans son ensemble qui
conduit à une limitation de l’accès aux soins pour des millions de personnes.
Les politiques menées ces vingt dernières années aboutissent à cette situation : des attaques contre la
protection sociale, une TVA dite sociale qui éxonère les patrons, l’insuffisance de formation et répartition
inégale des professionnels de santé, la régression des politique sociales et médico-sociales, la mise à mal de
l’hôpital public.

Que vivons nous ?

L’augmentation permanente des
restes à charge : déremboursements,
franchises, forfaits, remise en cause
des prises en charge à 100% dans le
cadre des affections de longue durée
et les scandaleux dépassements d’honorairesâ ?¦

Que voulons nous ?

L’accès aux soins pour toutes et tous
partout et à tout instant.
Une évolution vers une sécurité sociale
à 100%, y compris pour l’optique
et le dentaire.

Que vivons nous ?

Des fermetures de services hospitaliers
 : maternités, centres d’IVG,
chirurgie, urgences, psychiatrieâ ?¦,
des fusions public privé qui aboutissent
à une limitation de l’accès aux
soins. Les services encore existants
sont surchargés, contraints de faire
toujours plus avec moins de moyens au
détriment de la qualité des soins.
Les délais de prise en charge s’allongent
pour des consultations, aux urgences.
Le personnel, en souffrance,
est au bord de l’implosion.

Que voulons-nous ?

Un service public hospitalier développé
sur tout le territoire doté de moyens
suffisants pour répondre aux besoins de
l’ensemble de la population et assurant
l’accès à des soins de qualité et de proximité.

Que vivons nous ?

L’apparition de déserts médicaux : dans
certains quartiers ou villes, et dans des
zones rurales ou semi rurales, le nombre
de médecins ne cesse de diminuer, l’allongement
des délais de rendez-vous et
l’éloignement géographique qui en résultent,
constituent un facteur de renoncement
aux soins.

Que voulons-nous ?

L’augmentation du nombre de professionnelles
de santé formées, un recrutement
à la hauteur des besoins et l’exigence
d’une répartition équilibrée sur
tout le territoire.
Le maintien et le développement de
structures publiques de proximité :
centres de santé, centres médico-psychologiques,
plannings familiaux,
CIVG, PMIâ ?¦


Notre Santé, ça me regarde ! Notre Santé, ça me regarde !