Lettre ouverte à Mme Roselyne BACHELOT

Madame la Ministre,

Monsieur Guy Vallancien a pris l’habitude de fustiger le fonctionnement des établis- sements publics de santé. Une fois de plus, ses récentes déclarations à l’emporte-pièce dans un colloque organisé par la Fédération Hospitalière de France sont scandaleuses.

Ses propositions de remplacer ces infirmières par des techniciens " rapidement formés " reviennent à considérer que les actes dispensés ne seraient plus de la compétence de personnels soignants, c’est inacceptable ! Les mêmes allusions concernant les infirmiers anesthésistes qui pourraient superviser plusieurs patients sans danger sont particulièrement infondées.

Les infirmiers d’Etat en bloc opératoire ne sont pas seulement des techniciens mais des soignants. Leur travail ne peut se résumer à des gestes techniques. Autre amalgame inacceptable : la comparaison des densités de personnels entre le secteur public et le secteur privé, quand on sait que dans de nombreux blocs opératoires privés, ce sont des personnels non qualifiés qui interviennent. (ou parfois des personnels non déclarés) Les recommandations de la Haute Autorité de Santé vont bien dans le sens de renforcer le nombre de personnels qualifiés dans les blocs opératoires. M. Vallancien peut-il se substituer aux inspecteurs de la HAS ?

La pénurie de personnels qualifiés qui a été, sinon organisée, tout au moins gérée
par les différents gouvernements en place ne doit pas donner l’occasion d’amener des déqualifications. L’évolution des techniques médicales et des normes de sécurité sanitaire exige au contraire le renforcement des qualifications des personnels.

Rappelons que M. Vallancien est intervenu à plusieurs reprises pour modifier la poli- tique sanitaire dans le cadre du plan " hôpital 2007 " diligenté par M. Matteï , comme en témoignent ses propositions de supprimer 113 services de chirurgie, tous publics d’ailleurs, jugés insuffisamment productifs (!)

En général, comme ses propos sont suivis d’effets, nous souhaitons vivement que vous nous précisiez vos positions concernant l’organisation des blocs opératoires et les propositions énoncées par M. Vallancien.

De la même façon, comment doit-on considérer les travaux engagés entre les organisations syndicales et le ministère sur l’évolution des métiers au sein de L’Observatoire national des métiers hospitaliers ? Quid des groupes de travail sur la VAE infirmière DE et IBODE dans lesquels les organisations syndicales et professionnelles sont particulièrement exigeantes sur le niveau des compétences nécessaires pour accéder aux diplômes correspondants !

Nous vous rappelons que la Fédération SUD santé sociaux est demandeuse depuis plusieurs années de rouvrir des négociations sur l’ensemble de la filière soignante pour obtenir une réelle reconnaissance de toutes ses professions.

Si des évolutions de compétences et de fonctions sont possibles et même souhaitables (comme nous le réclamons notamment pour les aides soignants), nous ne pouvons accepter que des glissements de tâches soient seulement envisagées dans le seul but de réduction à court terme des coà»ts.

La qualité de soins et une meilleure prise en charge des patients passent par :
-  Des personnels qualifiés en nombre suffisant ;
-  La juste reconnaissance salariale de ces professionnels ;
-  La valorisation du travail en équipe (coopérations accrues) ;
-  Un réel accès à la formation continue pour tous.
- 
En conclusion nous souhaitons vivement avoir des clarifications rapides sur ces sujets qui préoccupent tout particulièrement les professionnels en cause.

Dans cette attente, veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

La secrétaire-générale

Fabienne BINOT


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales