Les oubliés de la réforme Peillon

Les oubliés de la réforme Peillon :
Les professionnels de l’Animation !
Secteur de l’animation
Les animateurs sont concernés par la réforme des rythmes éducatifs.
La politique éducative doit articuler les temps scolaires et les temps péri ou extra-scolaires.
Et le secteur de l’Animation ?
Nous constatons que les acteurs du secteur de l’animation, concernés au premier chef par cette réforme, sont les grands absents des négociations en cours !
â ?¢ Les animateurs sont des acteurs éducatifs à part entière : ils doivent être associés à la réflexion sur la continuité des temps éducatifs des enfants, sans mépris et au même titre que les parents et les enseignants.
â ?¢ L’animation périscolaire n’est pas de la garderie : le taux d’encadrement prévu par la DGCS prévoit 1 animateur pour 14 enfants en élémentaire et 1 animateur pour 10 enfants en maternelle.
Le nouveau taux d’encadrement préconisé dans le décret (1 animateur pour 18 enfants en primaire et 1 animateur pour 14 enfants en maternelle) n’est pas en adéquation afin de mettre en place des projets de qualité. La réduction des temps d’enseignement à 5 Heures par jour se traduira par l’ajout d’une heure d’animation périscolaire en fin de journée : quels moyens pédagogiques, matériels, et financiers sont donnés aux animateurs pour permettre d’accueillir les enfants dans des conditions appropriées à cette volonté politique.
â ?¢ Le métier d’animateur doit être valorisé : Une animation se prépare et s’évalue : l’à?tat est garant de la qualité éducative des Accueils Collectifs de Mineurs.
â ?¢ Cette réforme pour le temps périscolaire impactera les ADL : suppression des accueils collectifs les mercredis matin.
C’est par la mobilisation de TOUS que nous éviterons la casse du secteur de l’animation.
AGISSONS MAINTENANT !