LE RECLASSEMENT POUR LES "NULS"

Les infirmier-e-s de la FPH ont jusqu’au 31 mars pour répondre à l’angoissante question ; rester en " catégorie B (dite active)" devenue " Nouvel Espace Statutaire (N.E.S) " ou opter pour la " catégorie A (dite sédentaire) " ?

Un choix d’autant plus stressant qu’il est définitif. A deux semaines de l’échéance fatidique, 2/3 des collègues n’ont pas renvoyé leur décision à l’administration. L’absence de réponse, valant acceptation du N.E.S, ceux et celles qui souhaitent intégrer la catégorie A doivent impérativement en informer leur D.R.H.

Les syndicats, dont bien évidemment SUD, se sont opposés à cette réforme dans la F.P.H, puisque l’augmentation de salaire + ou â ?" intéressante (catégorie A), s’accompagne de la perte du bénéfice de la catégorie active et donc de la possibilité d’une retraite anticipée. Aussi SUD continue d’exiger pour tous, le passage en catégorie A avec le maintien de la catégorie active, liée à la pénibilité du travail et le retour aux 37,5 annuités.

Pour les infirmier-e-s qui optent pour le reclassement en catégorie A, l’âge légal auquel ils-elles peuvent prétendre partir est 60 ans (pas possible de partir avant donc).
Pour les infirmier-e-s qui choisissent le N.E.S (ex cat B), l’âge légal passe progressivement de 55 ans à 57 ans, à raison de 4 mois par génération pour celles nées après le 01/07/56 (par ex, pour la génération 1958, l’âge légal est 56 ans). 15 ans de services actifs (17 ans à partir de 2016) sont nécessaires pour en bénéficierâ ?¦ Jusque là vous suivez ?

Les deux conditions à réunir pour partir en retraite avec la meilleure pension possible :

1/ Il faut tenter d’accrocher le dernier échelon de la classe supérieure (tout le monde ne l’atteint pas, loin s’en faut, et désormais ce ne sont plus 14 ans de classe sup en moyenne, qu’il faudra effectuer, mais 21 ans pour le N.E.S et 22 pour la catégorie A). Soit :
- pour le N.E.S, le 7eme échelon (indice majoré 551 au 01/ 01/ 2011 et 562 au 01/01/2012). Gain comparé à la situation actuelle (IM 534) = 28 points = 130 euros (la valeur du point étant de 4,63 â,¬).
- pour la catégorie A. Le reclassement se fait en 3 paliers (janvier 2011, 2012 et 2015). Si vous accrochez le " graal ", 11eme échelon IM 604, le gain sera de 324 â,¬ (70 points d’indice).

2/ Avoir travaillé un nombre d’années suffisant pour toucher une pension complète.

De 40,50 annuités nécessaires en 2010 pour toucher une pension complète (75 % de votre salaire, des 6 derniers mois d’activité), cette " durée de service " passera à 41,50 annuités (ou 166 trimestres) en 2016. Elle devrait passer ensuite à 42 ans en 2020 (un décret nous préviendraâ ?¦ Sympa !).
Dans ces annuités sont intégrées : les services effectués comme stagiaire et titulaire, les services à temps partiel pour leur durée effective (6 ans à mi-temps comptent pour 3 ans), le service militaire, les bonifications (elles s’élèvent à 1 an par enfant, né avant le 01/01/2004 et après le recrutement dans la fonction publique, sous condition d’interruption d’activité d’au moins 2 mois).

Exemples (nous sommes allés au plus simple) :

â ?z Prenons un infirmier, né en 1970, qui a commencé à bosser à 20 ans (c’est rare). Il devra travailler jusqu’à 62 ans (départ en 2032) pour avoir une pension complèteâ ?¦ Dans les mêmes conditions une infirmière, mère de 2 enfants nés avant le 01/01/2004, pourra rendre sa blouse à 60 ans.

â ?z Un deuxième infirmier, né la même année, qui a commencé à 25 ans, devra trimer lui, jusqu’à 67 ans pour cette pension complète. (Pour une infirmière, mère de 2 enfants nés avant le 1er janvier 2004, ce sera 65 ans)â ?¦ Mission quasi impossible !
â ?¦ / â ?¦
Il faudra donc pour nombre d’infirmier-e-s, abaisser son ambition pécuniaire,
mais en évitant à tous prix, la terrible décote !

Cet abattement de 5% par an à partir de 2015 (25 % de pénalité possible au maximum), est infligé à ceux qui n’ayant pas réunis le nombre d’annuités nécessaires pour une pension complète, partiront en retraite sans avoir atteint l’âge butoir. L’âge butoir fixé à 65 ans pour la catégorie A, passera progressivement à 62 ans (en 2020) pour la catégorie active (N.E.S).
Pour échapper à la double peine de la décote il est important de bien calculer sa " durée d’assurance ".
Cette durée d’assurance intègre : - toutes les années de travail, y compris celles effectuées dans le privé (quelque soient les métiers exercés), les périodes de temps partiel comptent, là, pleinement (6ans de T.P = 6 ans de durée d’assurance) ; - les bonifications ; - une majoration de 2 trimestres pour les enfants nés après le 01/01/2004 pour les femmes ayant accouché après leur recrutement dans la fonction publique (sans congé de 6 mois ou plus pour garde d’enfants) et la majoration d’1 an par période de 10 ans pour ceux et celles qui restent en catégorie active. Ce droit est perdu pour ceux qui choisissent la catégorie A !

Pour reprendre l’exemple simple ci-dessus :
â ?z Le 1er infirmier, s’il opte pour la catégorie A et s’arrête à 60 ans après 40 ans de service, il lui manquera 2 annuités, soit une amputation de 3,57 % (75 % : 42 = la valeur d’une année), à laquelle s’ajoute une ponction de 10 % (2 x 5%), au titre de la décote. Donc en partant à 60 ans, notre collègue devra vivre avecâ ?¦ 61,43 % de son dernier salaire. (Soit au mieux 61,43 % de l’I.M 604, qu’il aura peu de chance d’atteindre)... Faut pas mollir tiens bon jusqu’à 62 ans !
Si cet infirmier reste en catégorie B (N.E.S), il ne subira pas la décote avec la bonification d’1 an pour 10 ans. Cependant il lui manquera toujours 2 années pour une pension complète. Elle sera donc égale à 71,43 % du dernier échelon atteint. (Soit avec de la chance 71,43% de l’I.M 562).

â ?z Le 2eme infirmier (ayant commencé à 25 ans), s’il opte pour la catégorie A et souhaite s’arrêter à 60 ans, il lui manquera 7 ans pour la pension complète, soit â ?" 12,5 %, auxquels s’ajouteront â ?" 25 % au titre de la décote. Il partira avecâ ?¦ 37, 5 % de son dernier salaire (no comment) !
Il devra pousser au minimum jusqu’à 65 ans pour ne plus subir la décote. Il lui manquera 2 annuités, il partira alors avec 71, 43 % de son dernier traitement. Bon courage !
S’il opte pour l’ex catégorie B, il lui manquera toujours 7 ans (- 12,5 %), auxquels s’ajouteront â ?" 10 % au titre de la décote (5% x les 2 années manquantes, la décote s’annulant à 62 ans pour la catégorie active). Il partira avec 52,5 % de son dernier traitement. Injouable ! Il devra pousser au minimum jusqu’à 62 ans pour ne plus subir la décote. Il partira alors avec 66 % de son dernier traitement (5 annuités manquantes).
Dans les mêmes conditions, sa collègue mère de 2 enfants, n’aura pas de décote si elle s’arrête à 60 ans, mais il lui manquera 5 ans pour la pension complète.

Alors catégorie sédentaire ou active ? Un choix cornélien, donc, dépendant d’une projection aléatoire (rapidité dans le passage des échelons, " stationnement " plus ou moins long dans la classe normale), pour mesurer le niveau de salaire atteint après X années de travail.

Il y a possibilité aussi d’accès à des simulations sur internet : www.retraites.gouv.fr ou /et www.fonction-publique.gouv.fr
Vous pouvez enfin faire une estimation de votre pension en vous livrant au calcul suivant :

P = TB x 75 % x DSB/DR x (1-C0% x M)â ?¦. Tout s’éclaire, Non !?

P = la pension brute que vous toucherez. TB = le traitement brut (détenu les 6 derniers mois)
DSB = la durée des services avec ses bonifications. DR = la durée de référence permettant d’obtenir le pourcentage maximum de pension (75 %). Co% = taux de décote. M = nombre de trimestre manquants retenus dans le calcul de la décote.


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales