- POUR NOS SALAIRES ET NOTRE STATUT

LE 20 NOVEMBRE GREVE UNITAIRE

Le Président Sarkozy vient d’annoncer la mort programmée du statut de la Fonction publique puisque les nouveaux embauchés pourraient l’être avec un contrat de droit privé et non plus sous statut public.

Ces propos confirment ceux de M.Fillon premier ministre qui a annoncé aux élus de la majorité une réduction drastique des services publics, et des effectifs de fonctionnaires.

M. Woerth ministre du budget et des comptes publics a renvoyé à plus tard les négociations salariales sans fixer d’échéances. Le blocage sera identique dans la plupart des conventions collectives de notre secteur.

Quant à M Bertrand ministre des affaires sociales, il vient de déclarer que le nombre d’annuité nécessaire pour une pension à temps plein passerait à 41 ans en 2012, puis à 42 ans en 2016. L’attaque aujourd’hui contre les régimes spéciaux préfigure de nouvelles amputations pour le régime général et celui des fonctionnaires.

Quant à Mme Bachelot, notre ministre de tutelle
elle semble se désinteresser de l’avenir des personnels de santé et du social.

LES PLANS D’ECONOMIE, CA SUFFIT !

Les moyens pour les hôpitaux publics et les hôpitaux privés participant au service public pour 2008 seront en retrait par rapport aux besoins
La tarification à l’activité passera à 100% et va entraîner des coupes budgétaires et surtout la condamnation à la fermeture de plusieurs dizaines d’ hôpitaux de proximité ou leur reconvertion en établissements de gériatrie.
Les conséquences sociales sont catastrophiques : des milliers d’emplois hospitaliers sont menacés et l’accès aux soins rendu plus difficile pour toute une partie de la population.

L’ensemble des fédérations syndicales de fonctionnaires appellent à une journée de grève le 20 novembre prochain.

Pour SUD cette initiative est positive mais doit se préparer dès à présent dans l’unité dans tous les établissements.

Salaires : il faut des revalorisations générales
Les pertes de pouvoir d’achat dépassent 6 % depuis 2002. Le tassement des grilles de salaires vers le bas est flagrant !
Au moment où le Président de la République s’octroie 140% d’augmentation, le blocage des rémunérations des salariés du public et du privé n’en n’est que plus indécent !

Emploi : il faut stopper les plans de suppressions d’emplois, ouvrir davantage les formations qualifiantes (aides-soignants, infirmiers, spécialisés ...), titulariser les contractuels sur emplois permanents.

Travailler plus pour gagner moins : NON !
Chaque heure supplémentaire effectuée ne sera payée que 20 minutes puisque le ministère du budget n’a débloqué que le 1/3 du montant nécessaire à leur paiement. Sans parler des millions d’heures cumulées sur les comptes épargnes temps non financés !

SUD dépose un préavis national de grève (dans le public et le sanitaire privé) pour le 20 novembre. Le service minimum doit être organisé pour cette journée avec déplacement des consultations, des interventions non urgentes. La règle du service du dimanche doit être appliquée afin de pouvoir montrer massivement dans la rue notre mécontentement et notre volonté de voir aboutir nos revendications.

Débattons partout des perspectives d’actions au-delà du 20 novembre, si nous ne sommes pas entendus, pour se donner les moyens de gagner !