- ELLE N’EST PAS A VENDRE !

LA BRANCHE MAINTIEN ET AIDE A DOMICILE DOIT RESTER DANS LE SOCIAL

A l’heure où les solidarités collectives se délitent, où les personnes les plus fragiles restent sur le bord de la route, la branche Maintien et Aide à Domicile doit plus que jamais rester dans le secteur social. Les salarié(e)s de ce secteur ne peuvent en aucun cas se placer sur le marché du service à la personne qui répond à une demande des ménages solvables souhaitant se libérer de petits travaux et de tâches ménagères.

Le désengagement des services publics et la mise à mal des associations prestataires

Le désengagement progressif depuis 30 ans de tous les intervenants (CNAV, Région, Etat en ce qui concerne l’Allocation Personnalisée d’Autonomie et la Prestation de Compensation du Handicap), le transfert de charges de la protection sociale vers les familles, la mise en place de la loi 2002, le plan de cohésion sociale en 2004 renforcé en 2005 avec la distribution du Chèque Emploi Service Universel font qu’aujourd’hui les associations manquent cruellement d’heures de travail. Le secteur associatif prestataire est exsangue, certaines associations sont en cessation de paiement, d’autres licencient les salarié(e)s.
Cette casse organisée des financements publics ouvre le secteur au marché et assurances privées.

Des conventions collectives organisant la marchandisation du secteur !
Pour passer du secteur du maintien et de l’aide à domicile au secteur lucratif du service à la personne, les pouvoirs publics organisent la concurrence des salarié(e)s en mettant en place 3 conventions collectives sur une base minimale.
â ?¢ La convention du particulier employeur et assistantes maternelles, embauche de gré à gréâ ?¦..
â ?¢ La convention collective des entre-prises du secteur privé, branche lucrative
â ?¢ La convention collective unique de la branche du maintien et de l’aide à domicile, qui regroupe les 3 conventions du secteur (ADMR, CC83 et CC70), convention qui devait être finalisée fin 2009

3 CONVENTIONS COLLECTIVES EN UNE,
LE COMPTE N’Y EST PAS !
CETTE CONVENTION NE DOIT PAS ETRE SIGNEE EN L’ETAT.
STOP A LA PRECARITE !
NOUS REFUSONS UNE CONVENTION COLLECTIVE AU RABAIS
IL EST DONC URGENT D’INFORMER LES SALARIE(E)S SUR CE QUI SE TRAME DANS LEUR DOS.

LE TEMPS EST VENU DE LEUR DONNER LA PAROLE ET D’AGIR.

POUR SUD, nous demandons :

Que la branche maintien et aide à domicile reste un service public de proximité qu’il soit financé par la protection sociale à la hauteur des enjeux sociaux.....
La reconnaissance des personnels comme travailleurs sociaux à part entière


voir détail dans tract en pièce jointe

Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales