Infirmières : "A" comme arnaque !

Le ministère a présenté son projet de reclassement des infirmières de la FPH dans la catégorie "A" lors de la séance de négociations du 20 octobre. Cette avancée qualifiée d’historique par la représentante de la ministre est bien en deçà des revendications des infirmières qui attendent depuis plus de 20 ans leur reconnaissance professionnelle.

La représentante de la ministre dans un discours d’autosatisfaction a présenté le projet de reclassement comme une avancée institutionnelle majeure qui donne des perspectives de carrières "mirifiques" répondant au défi démographique de la profession.

La réalité des propositions est beaucoup moins reluisante !

Le salaire brut d’embauche progressera de 46,60 euros pour un traitement brut mensuel de 1.573 euros.

Le déroulement de carrière sera rallongé avec un déroulé sur 30 années pour la classe normale (au lieu de 20 ans aujourd’hui).

Le reclassement des IDE en fonction s’effectuera sur 3 ans après juillet 2012 date où les nouvelles diplômées seront directement embauchées sur la nouvelle grille.

Mais compte tenu de cette avancée "historique", dixit la représentante de la ministre, des contreparties seront imposées :
- suppression de la bonification d’un an à l’embauche,
- passage en catégorie sédentaire, c’est à dire suppression du droit à la retraite à 55 ans,
- suppression aussi de la majoration de la durée d’assurance d’un an pour dix années d’exercice.

Les infirmières en fonction au 1er juillet 2012 auront un droit d’option :
- soit rester en catégorie B et conserver les droits de la catégorie active,
- soit opter pour le reclasssement en A et passer en catégorie "sédentaire" et perdre le droit à la retraite à 55 ans.

Pour SUD c’est inacceptable et méprisant pour une profession qui voit se détériorer ses conditions de travail, aggraver ses contraintes horaires.


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales