Hôpitaux : l’ état d’urgence

Tous les jours les médias se font l’écho de la situation déplorable dans laquelle se trouvent les établissements de santé et leurs personnels. La RTT n’en n’est pas la cause mais bien les restrictions budgétaires successives.

Jean-François Mattei, Ministre de la santé, a annoncé durant l’été la mise en place d’une mission nationale d’évaluation de la réduction du temps de travail dans les hôpitaux, mission confiée à Mr Piquemal, directeur de l’hôpital de Bayonne. Durant tout le mois de septembre, cette mission a auditionné les différents acteurs hospitaliers dans une centaine d’établissements publics et privés ainsi que l’ensemble des fédérations syndicales et associations professionnelles du secteur. Le Ministre devrait annoncer, fin octobre, les mesures d’adaptation retenues. A aucun moment, il n’a indiqué vouloir rouvrir les négociations avec les syndicats.

retour à la case départ, en pire !

Des mesures d’assouplissement sont envisagées telles que l’élargissement du compte épargne temps qui pourrait devenir obligatoire pour les professions en pénurie ainsi que le recours accru aux heures supplémentaires. En réponse aux questions écrites des députés à l’Assemblée nationale du 2 octobre, le Ministre annonce que des mesures spécifiques pour les infirmières seraient envisagées.

Ces mesures s’orientent vraisemblablement sur un allongement du temps de travail et une flexibilité des horaires encore aggravée. Les congés (récupérations, heures sup, fériés, congés annuels..) sont devenus impossibles à prendre et s’accumulent chaque année un peu plus. Le report des jours RTT sur le CET, c’est un retour à la case départ mais en pire.

un plan d’urgence emploi/ formation

Aujourd’hui, personne ne conteste l’étendue de la pénurie des personnels soignants. Mais elle fut orchestrée depuis des années par les gouvernements successifs pour favoriser et accélérer les restructurations hospitalières et les fermetures d’établissements. Sud refuse de discuter toute mesure de replâtrage s’il n’y a pas, au préalable, une volonté du Ministre de s’attaquer aux questions de fond. C’est pourquoi Sud revendique un plan d’urgence emploi-formation à mettre en oeuvre dès maintenant.

une mobilisation unitaire

Tous les services publics sont sur la sellette et le chômage repart de plus belle. Le 3 octobre, des dizaines de milliers de salariés (EDF-GDF, Air France, Poste, SNCF...) ont manifesté contre les projets de privatisation et le maintien d’un service public de qualité. Ce succès marque une première étape dans les mobilisations unitaires qui doivent se poursuivre contre la logique libérale et de privatisation. A travers la maîtrise comptable et les restructurations, la Fonction publique hospitalière est aussi gravement menacée. Il faut donc favoriser des démarches unitaires.

Sud Santé Sociaux interpelle l’ensemble des Fédérations nationales du secteur afin d’impulser des actions unitaires indispensables à la sauvegarde et l’amélioration du service public de santé et à la reconnaissance des personnels.


Plan d’urgence emploi / formation

- Création de 80 000 emplois nécessaires pour la RTT ;
- Recrutement massif des jeunes qualifiés sortant du cursus scolaire pour les filières administratives, techniques et ouvrières ;
- Embauche immédiate d’agents hospitaliers (ASH) ;
- Rendre plus attractifs les métiers par une amélioration réelle des conditions de travail et de rémunération ;
- Privilégier les promotions professionnelles en y consacrant au moins 5% de la masse salariale ;
- Doubler le recrutement dans les instituts de formation.