Gagnons ensemble la reconnaissance professionnelle !

Plusieurs syndicats ou associations professionnelles de salariés des secteurs public et pivé - SNICS-FSU, SNIES-UNSA, CNI, UNAIBODE, SUD Santé Sociaux- , libérales -Convergence infirmière, SNIL- ou de cadres de santé - ACS- et Etudiantes -UNEF- appellent à une mobilisation unitaire de la filière infirmière le 24 Mai.

SUD Santé Sociaux appelle tous les professionnels de la filière infirmière à se révolter contre le mépris affiché par le gouvernement et la situation déplorable de l’exercice de la profession :
- études de 38 mois toujours considérées comme équivalentes à Bac+2 !

- Statut d’étudiant en soins infirmiers sans les mêmes droits que les autres étudiants.

- dégradation des conditions de travail liées à l’application de l’ ARTT sans création d’emplois équivalentes :manque d’effectifs, flexibilité accrue des horaires.., alors que dans un même temps les responsabilités qui incombent au service infirmier s’accroissent.

- exclusion des filières soignantes des primes et revalorisation salariales, depuis prés de 20 ans ! .

Le mépris :


Au lieu de prendre en considération ces problèmes le gouvernement :
- met en place un ordre professionnel auquel il faudra cotiser pour avoir le droit d’exercer. Cela signifie que le diplôme n’est plus suffisant pour avoir le droit d’exercer. C’est une dévalorisation réelle de la valeur du diplôme et en même temps la mise en place d’une autorité de contrainte et de discipline supplémentaire pour museler la profession.

- refuse de revaloriser les salaires dans la fonction publique hospitalière alors que des négociations, signées par plusieurs syndicats, ont abouti à un accord salarial. Une hausse des salaires dans la fonction publique obligerait à un relèvement des salaires dans le privé, vu le marché de l’emploi dans cette catégorie.

- augmente le contingent d’heures supplémentaires, comme si nous n’en faisions pas déjà assez non reconnues la plupart du temps alors que les comptes épargnes temps sont déjà imposés aux agents faute de ne pouvoir prendre leurs congés réguliers.

- accélère la mise en place de la VAE pour l’obtention du diplôme d’état en évitant de discuter le contenu des études en fonction d’une refonte en vue de la reconnaissance du niveau licence.

La colère :

Depuis plusieurs mois la colère monte dans la profession et chez les étudiants pour revendiquer :
- la reconnaissance du niveau licence
- une revalorisation salariale
- l’amélioration des conditions de vie et d’études

Pour SUD Santé Sociaux ces revendications sont légitimes et il faut nous mobiliser maintenant pour les faire aboutir !

Le 24 Mai soyons nombreux dans la rue pour imposer au ministère l’ouverture du dossier et des négociations.

Manifestation à Paris et dans toutes les régions


Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales