Différent N° 36

société - page 4, 5
Le droit à l’hébergement, liberté fondamentale ?
Contrat d’avenir

dossier - pages 6,7,8, 9
Le Développement Professionnel Continu

interpro - page 10
Elections TPE

international - page 11
Réseau Européen contre la commercialisation et la privatisation
de la santé

santé et social - pages 12, 13
La FEHAP a osé
Conventions indignes

juridique - page 14
Harcèlement sexuel et moral, le vide juridique enfin comblé.

femmes - pages 15
Place linguistique dévalorisée = place sociale minorée

culture & plaisir - page 16
L’homme qui se penait pour
Napoléon

édito
Le changement tant attendu â ?¦ Il va falloir l’imposer !
Malgré la création d’un ministère du redressement productif, les plans de licenciements
collectifs se multiplient. Pire, l’annonce par le gouvernement d’envisager la baisse
du coà»t du travail, c’est-à-dire le blocage des salaires et le transfert des cotisations
sociales sur les ménages, va accroître l’austérité pour les salariés.
Dans nos secteurs, rien ne change non plus. la ministre de la santé vient d’annoncer,
à grand renfort médiatique, le lancement d’un " pacte de confiance pour l’hôpital "
qui peut faire illusion alors qu’elle ne remet en cause, ni la loi " Hôpital, Patients,
Santé et Territoires ", ni la tarification à l’activité, ni les fermetures d’établissements
et de maternités, comme à Vire et au Blanc â ?¦
Dans le même temps les plans d’économies s’attaquent aux dépenses de personnels
en supprimant massivement des emploisâ ?¦ Les patrons de notre secteur, comme ceux de la FEHAP, ont tout loisir de poursuivre les travaux de démolition des conventions collectives. Quant aux ordres professionnels, ils ne seront pas abrogés malgré les engagements passés, seule l’inscription à l’ordre infirmier pourrait devenir facultative !
Le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2013 prévoit 657 millions
d’euros d’économies supplémentaires pour les hôpitaux, ce qui entraînera encore la
suppression de plusieurs milliers d’emplois. Le maintien de la convergence tarifaire
dans les EHPAD devrait entraîner la suppression de 2000 emplois selon la Fédération
Hospitalière de France, alors que ces établissements sont déjà sous dotés.
Des mobilisations locales se développent et obtiennent parfois des reculs comme
pour la maternité des Lilas qui a obtenu le financement de sa reconstruction, ou
pour l’hôpital de Briançon où la décision de fermer la réanimation a été reportée.
Mais pour d’autres établissements, les sursis obtenus ne garantissent pas la pérennité de leur activité. Les Agences Régionales de Santé multiplient les injonctions pour imposer des plans d’économies aux hôpitaux ce qui entraînera une nouvelle réduction de l’offre de soins.
Au-delà des actions locales et des actions de résistances organisées lors d’annonces
de fermetures d’établissements, nous sommes persuadés de la nécessité de construire une mobilisation nationale réunissant syndicats de personnels et interprofessionnels, associations citoyennes et d’usagers, collectifs locaux de défense des hôpitaux, organisations politiques, seule à même d’imposer d’autres choix de santé publique et de protection sociale solidaire. C’est le sens de notre participation au collectif "Notre Santé en Danger "mais aussi de notre implication dans le Réseau Européen Contre la Commercialistion de la Santé pour contrecarrer les politiques d’austérité imposées par les financiers et relayées par nos gouvernements . Cet objectif doit maintenant être partagé par l’ensemble des adhérent-e-s de SUD santé-sociaux.
La lutte doit être professionnelle, locale, mais aussi globale. C’est pourquoi,
l’ensemble de notre fédération doit s’engager


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Différent N°59

Diff N°58

Différent N°56

Différent N°55

Différent N°54

Différent N°53

Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales