De la souffrance... à la mobilisation !!!

Les Etats Généraux de la Psychiatrie avaient pour objet de poser un acte fort, refusant la politique de destruction de la psychiatrie menée depuis plusieurs années.

Après quelques balbutiements, les professionnels ont pu exprimer leur souffrance, leur indignation, puis leur colère et leurs exigences :

- reconnaissance de la spécificité de la psychiatrie dans le champ de la santé ;

- affirmation de la pertinence de la politique de secteur et de son développement ;

- formation spécifique des infirmiers et des médecins ;

- dénonciation d’une psychiatrie réduite à la crise et à l’urgence, facteur d’exclusion des patients au plus long cours et de déni de la maladie mentale

- retrait des outils technocratiques (PMSI, accréditation-démarche qualité, Contrat d’Objectifs et de Moyens, Durée Moyenne de Séjourâ ?¦) réduisant le soin à une conception purement comptable ;

- arrêt des fermetures de lits sans les moyens alternatifs nécessaires.

Pour Sud Santé-Sociaux, ces préalables doivent permettre aux professionnels de se réapproprier le soin .

Les Etats Généraux sont le signal d’un mouvement à construire pour l’ensemble des acteurs de la psychiatrie .

Sud Santé-Sociaux appelle les organisations syndicales et les associations à une rencontre unitaire avant fin juin pour débattre du principe d’une mobilisation de tous les professionnels du secteur courant septembre.


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales