- Un hiver au climat rude qui prend des airs de printemps social.

DIFFERENT N°18

Y’a plus de saisons !
Faut dire que l’hiver social dure depuis des années. " C’est comme ça et pas autrement
" ânonne le choeur de la pensée unique, " il faut faire des économies ". La
sécu n’a plus de sous, l’éducation est un mammouth gras, la santé est désorganisée,
le social est mal géré, postes et SNCF sont des commercesâ ?¦ Maîtres mots : rigueur budgétaire
pour un service public de plus en plus étriqué et privatisation du reste, la loi HPST
venant confirmer cette volonté dans le champ sanitaire et social.
Jamais en retard d’un rebond notre Zébulon de président clame même qu’en France on ne
sent plus passer les grèves. Par contre la crise du pétrole et celle du capitalisme financier
qui surviennent peu après, les Français les ont senties passer, et c’est pas fini !
Et les milliards débloqués pour les banquiers nécessiteux font tâche dans un pays qui
restreint la solidarité faute de moyens, un pays où l’on meurt de froid, où l’on meurt à
l’hôpital.
Et patatrac, une série de dysfonctions de ce merveilleux partenariat social que l’on nous
fait reluire à longueur d’antenne et des millions de passagers en rade. Non pas du fait
direct de la grève, mais par la façon dont la direction de la SNCF gère l’affaire. Et notre
président de frapper encore : "Sud irresponsables". Les 12 milliards de perte d’un trader,
ça c’est responsable ! Les 45 milliards d’arnaque avec des fonds pourris, ça c’est responsable !
Les milliards distribués au secteur bancaire, ça c’est responsable ! Le démantèlement
des services publics, ça c’est responsable !
70 pour cent des français ont soutenu l’appel à mobilisation du 29 janvier, 70 pour cent
des français considèrent que l’hôpital a besoin d’argentâ ?¦
La bataille pour l’accès aux soins bat son plein, la bataille contre la dégradation des
conventions collectives gagne du terrainâ ?¦
Sur nos secteurs le 29 n’était qu’une étape et un certain sens de l’"irresponsabilité" solidaire
chez nos concitoyens nous conforte et donne un air de printemps social à cet hiver
qui s’annonçait pourtant des plus rude.
Un hiver au climat rude qui prend des airs de printemps social.
Y’a plus de saisons !


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Différent N°56

Différent N°55

Différent N°54

Différent N°53

Différent N°52

Différent N°51

Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales