- Déclaration des salariés de l’insertion

Contre le chômage et la précarité

Force est de constater que chômeurs et précaires sont aujourd’hui plus que jamais attaqués. En première ligne, ils (et elles) font les frais d’une politique ultra libérale qui confine à l’escroquerie :

- pour 856 700 d’entre eux la durée de versement de l’allocation est recalculée et ils se voient supprimer 7 à 9 mois de droit contrairement aux décisions prises par l’ASSEDIC au moment de leur entrée au chômage.

- les conditions d’accès et la durée de versement de l’allocation de fin de droit (A.S.S.) sont également revues à la baisse alors que ce dispositif est déjà un minima social.

- le projet de loi visant à réformer le R.M.I. avec l’introduction du R.M.A. met en place le travail forcé à des tarifs défiant toute concurrence : 3 â,¬ de l’heure. Il contribue à la déréglementation du travail et notamment du salaire minimum (S.M.I.C.).

Faire pression sur les chômeurs c’est s’en prendre aux salariés : peur d’être au chômage pour les uns, flexibilité et adaptabilité pour les autres.

Toutes ces mesures sont déjà en place dans plusieurs pays de la communauté européenne sur le modèle américain. Partout il est question d’activer les " dépenses passives " liées au chômage et de privatiser les services publics de l’emploi. Et c’est aussi en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Espagne que les associations de chômeurs et les syndicalistes se battent contre ces régressions. Car l’ensemble des garanties collectives y sont mises à mal aujourd’hui.

C’est pourquoi nous appelons tous les personnels de l’insertion à manifester avec les chômeurs le

Samedi 6 décembre 2003 à 14h

de Denfert-Rochereau à Matignon


Signataires : Union syndicale G10 Solidaires, SNU Anpe, CGT Anpe, Sud Santé-Sociaux, Sud FPA, Sud Anpe

Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Résistance !

CC 66, on continue !

CC66 : victoire possible

Recherche sur le site

Nos Actions Syndicales