Compte rendu du rendez-vous du 20 juin au Ministère.

La Fédération a été reçue à nouveau par le Ministère de la Santé le 20 juin sur les revendications des professions Aides-Soignants et Auxiliaires de Puériculture.
Etaient présentes l’ensemble des composantes du Ministère avec des représentants de la DHOS (Direction des Hôpitaux) et de la DGS (Direction Générale de la Santé, qui est le versant politique et décisionnel).

Sud a rappelé les exigences des professionnels :

-  un diplôme d’Etat :

DHOS et DGS se sont déclarées favorables, en tant que reconnaissance symbolique inscrivant ces catégories professionnelles dans la chaîne des soins.
Sur le plan pratique, cela nécessite une procédure réglementaire (décret en Conseil d’Etat), après avis du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière. Cela pourrait se faire pour l’automne.
MAIS attention : le Ministère précise qu’il n’y a pas de lien entre Diplôme d’Etat et revalorisation salariale. En clair, il est d’accord pour un DEâ ?¦.qui ne lui coà»terait rien !

Sud a rappelé que la symbolique de la reconnaissance professionnelle par un diplôme d’état doit aussi se traduire par des revalorisations salariales pour des catégories oubliées depuis des années !

-  un décret réglementant les actes professionnels et définissant un rôle propre et un rôle sous compétence infirmière.

Sud a rappelé que l’évolution de la formation (liée aux modules de compétences VAE) et du rôle propre infirmier du fait des " transferts de compétences " avaient un effet direct sur la pratique des AS-AP, du fait de glissements de tâches de plus en plus nombreux. Il est donc indispensable de délimiter clairement le champ d’exercice afin que les responsabilités soient identifiées.
Pour cela, il faut un décret reconnaissant une autonomie professionnelle (rôle propre) sur une partie des actes effectués par les AS-AP, et ce qui resterait du rôle propre infirmier sous délégation .
Sud a remis un projet de décret relatif aux actes professionnels en demandant une étude sérieuse du Ministère sur le dossier dans un temps court.
Le Ministère propose une étude technique, notamment en consultant les infirmières du Ministère et s’est engagé à donner une réponse pour septembre.
Sud a rappelé la nécessité pour le Ministère de prendre une décision politique (avant la fin de l’année), indépendamment des " états d’âme " des infirmières, et avant la mise en place d’un éventuel Ordre Infirmier, qui défaussera le Ministère de ses responsabilités par délégation à l’Ordre Infirmier de la gestion de la profession infirmière.

-  les salaires :

Pour le Ministère, les revalorisations s’inscrivent dans le cadre des négociations actuelles. Au vu de ce qui est annoncé, le compte n’y sera pas !

Sud a réaffirmé l’importance des AS-AP , tant en nombre (200 000 dans la FPH et 330 000 en France) que par leur place dans le système de soins :
Ce sont ces professionnels qui font tourner les établissements.

La délégation a remis les 13 346 pétitions recueillies en moins de 2 mois aux représentants du Ministère.

Au total ; rien n’est encore gagné. Il y a une acceptation du Diplôme d’Etat, et une petite ouverture sur l’étude d’un décret définissant les actes propres et délégués.

Sud appelle l’ensemble des AS-AP à continuer de signer les pétitions et à se préparer à la mobilisation pour fin septembre-début octobre.

Il est temps que ces professions, indispensables au bon fonctionnement des établissements, sortent de l’ombre et affirment leur volonté d’être reconnues à part entière.

Préparons des AG début septembre
informons et préparons une mobilisation de grande envergure.


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales