Communiqué après l’agression d’une patiente et de deux infirmières à Rennes

Deux infirmières et une personne hospitalisée ont été victmes d’agression de la part d’un autre patient au centre hosptalier Guillaume Régnier de Rennes.
La fédération Sud Santé Sociaux tient à exprimer sa solidarité et son soutien vis à vis des 3 personnes agréssées et de leurs collègues boulversés par ce traumatisme.

Depuis le drame de Pau du 21 décembre et celui du CMP de St Maur (94) en mars 2005, le gouvernement à travers le Plan "Santé Mentale", n’a proposé que des réponses sécuritaires aux difficultés de la psychiatrie.
Bien sà»r, il est indispensable de mettre en place toutes les mesures pour assurer la sécurité des patients hospitalisés et des personnels soignants

Mais pas un mot n’a été dit sur les difficultés rencontrées au quotidien pour maintenir coà»te que coà»te un vrai travail de secteur psychiatrique, avec des structures de proximité.

Pas un mot non plus sur les restrictions budgétaires
qui se succèdent d’année en année, le manque d’effectifs chronique, la suppression du diplôme d’Infirmier de Secteur Psychiatrique et la réduction des apports en matière de psychiatrie dans la formation initiale des infirmiers,
la dérive d’un système de soins psychiatriques vers un outil de contrôle social.

La Fédération Sud Santé Sociaux rencontrera le 8 juillet, Xavier Bertrand, ministre de la Santé et ne manquera pas, une fois de plus, de revendiquer pour la psychiatrie comme pour l’ensemble des structures sanitaires et médico-social, des moyens suffisants pour des soins de qualité.

Au delà, il est de notre responsabilité de construire, dans l’unité la plus
large un mouvement d’ampleur seul capable de faire aboutir nos revendications.


a télécharger :
- ce communiqué en format PDF
- la déclaration du représentant Sud Santé Sociaux du CH Guillaume Régnier lors du rassemblement de soutien aux victimes de l’agression