CC 66, des contre-propositions

Depuis six mois la mobilisation se maintient contre la stratégie des employeurs de la cc 66. Cette mobilisation contre la remise en cause d’un texte qui fait autorité dans le secteur prend un relief particulier avec la lutte anti CPE. C’est une partie de la législation du travail dont il est question. Après le blocage des négociations, nous sommes dans la
deuxième étape.

Depuis la mobilisation du 6 décembre 2005, les syndicats employeurs ont suspendu leurs propositions mais ils ne restent pas inactifs pour autant !
Ils organisent des rencontres bilatérales avec les syndicats négociateurs, vieille technique qui a fait ses preuves. L’objectif en est simple, il consiste tout d’abord à
tenter de briser le "front du refus" et à promouvoir des "propositions" syndicales.
Certains doivent déjà frétiller du stylo.
Lors de la prochaine commission paritaire, il devrait y avoir débat sur la méthode de discussion des classifications. Il semblerait que CFDT et CFTC soient en accord avec cette fameuse
méthode..

Le 23 mai 2005 est donc une journée à inscrire dans nos agendas.

POUR UNE CAMPAGNE CC 66.

En élaborant des contre propositions, nous en avons donné une dimension qui ne soit pas simplement défensive.
Dès le 6 décembre , l’assemblée générale avait dessiné un cahier des charges. Il s’agit de maintenir une pression de contrôle sur le déroulement des paritaires en rappelant le refus des propositions patronales et le rappel aux signataires qu’ils sont comptables de leurs signatures
devant l’ensemble des intéressés, c’est à dire les salariés concernés.

Il s’agit également de travailler des propositions d’organisation et de rédaction de la convention et se donner ainsi les moyens de peser sur les discussions.

Le maintien d’un rapport de force se révèle bien sà»r indispensable, ce qui exige une campagne soutenue et prolongée. Celle ci sera en grande partie alimentée par les propositions d’une convention collective unique, une approche
nouvelle des salaires et une organisation du travail et de la formation tenant compte des missions et de l’intérêt des salariés (cf. fiches et dossiers).

SUD Santé Sociaux se veut force de propositions dont les salariés-e-s doivent s’emparer pour les discuter, les amender, les enrichirâ ?¦
Plus le débat fera rage dans les établissements, plus les associations, les directions seront interpellées et plus la pression sera forte sur les négociateurs.

DES PROPOSITIONS DE SUD COMME BASE DE DISCUSSION .

Déjà, la fédération propose un dossier. Celui ci n’est pas encore finalisé. Il définit une autre logique salariale. Cette logique se décline à partir de deux orientations de congrès : la grille unique des salaires et le salaire minimum à 1500 euros.
Nous plaçons donc ces orientations politiques en dimension réelle, ce qui aura des incidences sur tout projet futur conventionnel ou statutaire.

La suite de la rédaction du texte SUD sera irrigué par le débat, c’est l’un des principes de notre campagne.

La négociation ne doit pas démarrer à partir du texte patronal, une autre logique est possible.
Elle sera imposée par la mobilisation.

UN COUP DE SEMONCE LE 23 MAI.

Les employeurs n’ont toujours pas compris notre détermination. Ils veulent relancer le projet que nous refusons.

Une mobilisation dans toutes les régions marquera notre détermination.
A Paris, un rassemblement devant la salle de la paritaires sera une dernière sommation avant une manifestation nationale si elle s’avère nécessaire.

LE 23 MAI, EN GREVE !


- Pour le retrait des propositions patronales.

- Pour une véritable négociation à partir de nos revendications.


Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Résistance !

CC 66, on continue !

CC66 : victoire possible