Augmentation des honoraires médicaux : qui va payer l’addition ?

Le Ministre, Monsieur Douste Blazy, continue de vouloir vendre sa réforme , supposée sauver la Sécu et préserver un accès égalitaire aux soins, par un effort de solidarité financière de tous les salariés. Pour le Gouvernement, une nouvelle étape est franchie à travers un nouveau deal financier.

Honoraires des médecins revalorisés et en contrepartie collaboration d’une partie du corps médical à la mise en oeuvre de sa réforme, sans état d’âme, sur la question du nouveau parcours de soins qui institue de fait une médecine à deux vitesses.

Sous le prétexte d’améliorer la coordination des soins, l’accord conventionnel signé entre l’UNCAM et certaines organisations syndicales de médecins (CSMF, SML et Alliance) doit permettre de dégager 998 millions d’euros d’économies sur la dépense collective. 766 millions sont supportés par les patients et en priorité ceux qui relèvent d’une affection de longue durée. Les médecins viennent d’obtenir une enveloppe de 494 millions d’euros pour les revalorisations de leurs honoraires ; En échange ils s’engagent à réaliser un million d’euros d’économies supplémentaires en 2005-2006.

Tous les tarifs de consultations sont augmentées de 2 à 3 euros selon les spécialités et pour les généralistes, quand ils prennent en charge les nourrissons. Les Assurés qui n’auront pas choisi un médecin traitant et qui ne passeront pas par celui-ci avant de consulter un spécialiste se verront appliquer un moindre taux de remboursement par la Sécu et le médecin pourra faire payer un dépassement d’honoraire.

Ainsi, sur une part importante des économies réalisées sur le dos des assurés, la moitié est aujourd’hui redistribuée à l’augmentation des revenus des médecins sans qu’aucune question de fond ne soit posée. Rappelons que les revenus des professionnels de santé représentent pourtant plus des deux tiers des dépenses d’Assurance Maladie avec des modes de rémunération très différents et très inégalitaires.

Pour exemple, un radiologue à un revenu moyen quatre fois supérieur à celui d’un généraliste. `

Pour le Gouvernement, l’augmentation des honoraires médicaux permet surtout de maintenir un système et un mode de rémunération (paiement à l’acte et honoraires libres) qui inciteront les médecins à avoir les comportements que l’on attend d’eux et à développer un contrôle purement marchand des dépenses de santé.