Atelier : l’équipe pluri-professionnelle en psychiatrie.

Gros débat : si on parle d’équipe " pluri-professionnelle " on reconnaît chaque professionnel intégrant une discipline commune â ?¦ mais ne risque t’on pas d’opposer les professionnels et surtout de perdre la référence de l’histoire de la psychiatrie, qui faisait référence à l’équipe " pluri-disciplinaire ".

Soit. Le consensus tendrait à parler d’équipe " plurielle " au sein de la psychiatrie non comme " discipline ", mais comme dispositif de prise en charge.

Mais, il n’en reste pas moins que tout bateau qui veut avancer a besoin d’un équipage sans lequel le capitaine-médecin-chef ne peut rien. Et plus cet équipage comprend de personnages singuliers et complémentaires, meilleur sera le fonctionnement.
Sans oublier les moyens matériels et les structures nécessaires !

Chaque professionnel représenté (psycho, ergo, infirmier, assistant social, éducateur, enseignant) y va de son couplet pour défendre sa place.
Il y a pourtant de la place pour tous !
Encore faut-il se comprendre ! faut-il avoir une culture commune, un langage commun ?
Pas facile ! La formation des nouveaux infirmiers revient sur le tapis une fois de plus.
L’important est plutôt que chacun puisse s’exprimer, qu’il y ait des moments de rencontre permettant de construire une conception commune du soin et de ne pas oublier l’objet de notre travail commun.

Mais â ?¦ avec les 35h, on n’a plus ces temps de rencontre et la priorité de combler les manques en soins de base ne laisse guère la possibilité d’avoir des moyens pour intégrer d’autres professionnels. (SUD a combattu en son temps et continue à combattre les conditions de passage aux 35 heures. Chacun en mesure les effets sur le terrain).

Enfin on ne peut que souscrire à l’idée que la défense de l’équipe passe par la défense du secteur.


Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales