Après Chambéry, Vitry-le-François un dangereux laboratoire

Le projet de Prévention de la délinquance sera présenté au Parlement dans le courant de l’été.

Le gouvernement ne veut pas tenir compte des mobilisations sans précédent qui ont eu lieu le :
- 16 Janvier 2004 à Chambéry,
- 4 Février 2004 : Journée Régionale
- 17 Mars 2004 : Manifestation Nationale à Paris et en Province
- 21 Avril 2004 : Journée Nationale de Mobilisation.

Le Collectif National Unitaire a été reçu le 20 Avril par Madame Vautrin, Secrétaire d’Etat auprès du Ministère de l’emploi, du travail et de la cohésion sociale.
Madame Vautrin, toujours députée de la Marne à cette date, devait nous informer des projets en cours d’élaboration en inter-ministériel.

A ce jour aucun document n’a été transmis au Collectif National Unitaire.

Aucun débat démocratique n’est possible

Ce manque de débat est un véritable déni de l’ensemble des professionnels intervenant auprès des personnes les plus en difficultés.

Déjà 23 quartiers sous surveillance constituent autant de laboratoires de quadrillage sécuritaire, au mépris de la législation encore existante et des règles élémentaires de déontologie.

A Vitry-le-François, c’est la ville entière qui est devenue " site pilote " à l’initiative du Maire, de la Préfecture et du Conseil Général de la Marne.
(Extrait du guide de la sécurité au quotidien distribué aux habitants de cette ville : "â ?¦ collectivités, sous- préfecture, gendarmerie, services judiciaires, les services sociaux travaillent au quotidien pour votre sécurité... " voir sur le site de la ville).

La stigmatisation de toute la population de Vitry le François est la seule réponse proposée par ce gouvernement. La ville va être utilisée comme un laboratoire par le fichage systématique de la population, remettant en cause la liberté individuelle, la vie privée et le respect des intéressés.

Alors que la ville est touchée par le chômage de masse, il n’est nullement question de remettre en cause les politiques économiques ultra libérales et les dégâts de tous ordres qu’elles engendrent :
- saccage de l’emploi,
- recours à l’intérim, gestion prévisionnelle des postes et des qualifications,
- création d’une police municipale et mise en place de caméras,
- fichage de la population par l’ensemble des intervenants.

Nous refusons l’instrumentalisation de nos métiers qui doivent pointer les populations victimes des choix économiques. Avec ce projet initié par la Direction de la Solidarité Départementale, tous les personnels devraient participer à cette stigmatisation :
Caisse d’Allocations Familiales, Mission Locale, Organismes logeurs, Centre Communal d’Action Sociale, Education Nationale, UDAF, Sauvegarde de l’Enfance et EPSDM (service de santé mentale), etc..

Dans un premier temps la Circonscription de Service social a été sommée de remplir des fiches pour toutes les personnes rencontrées depuis le début de l’année 2003, avec dans un premier temps l’interdiction orale d’en informer les usagers.

Les éléments contenus dans cette fiche sont les suivants et touchent tous les domaines de la vie de chaque habitant :

Logement, éducation des enfants, alcoolisme, toxicomanie, couple, santé mentale, marginalité des enfants et des adultes, emplois, autres problèmes de santé, actions engagées par le travailleur social â ?¦.

En fait ce projet a pour seule et unique finalité de stigmatiser les populations les plus paupérisées en proposant des réponses sécuritaires, alors que seuls des choix politiques et économiques différents peuvent apporter une réponse.

Refusons ces politiques écuritaires et l’instrumentalisation de nos métiers. Chambéry était le départ de la résistance, Vitry-le-François est une nouvelle étape. Nous ne devons pas laisser mettre en place ce projet dans aucune autre ville et plus que jamais notre appel à la résistance contre la délation institutionnalisée est à l’ordre du jour.

Toutes et tous à Vitry-le-François jeudi 3 juin de 11h à 17h

Avec le Collectif Marnais, UL CGT, SD FSU, ... et tous les collègues mobilisés.

Organisation de la journée :
- 11h accueil devant la Mairie,
- 12h Pique-nique débat sur la Place d’Armes,
- 13h manifestation et occupation de la ville ; demande de rencontre avec le maire, les divers élus, députés et sénateurs


Le Collectif Unitaire National :
CGT - FSU - SUD - Syndicat de la Magistrature - SNMPMI (Syndicat National des Médecins de PMI) - Union Syndicale G10 Solidaires - CNT - Coordination des Etudiants du Travail Social - Collectifs de Prévention spécialisée - AC ! - Ligue des Droits de l’Homme - APEIS - CFDT Cheminots - Collectif Informatique Fichiers et Citoyenneté - Collectif des formateurs en travail social - CPO (Conférence Permanente des Organisations professionnelles)- 7-8-9 Vers les Etats Généraux du Social - FCPE.

Pièces-jointes

Dans la même rubrique

Tous les articles publiés dans cette rubrique

Résistance !

CC 66, on continue !

CC66 : victoire possible