Accueil > Actu > AU CENTRE HOSPITALIER GUILLAUME REGNIER DE (...)

AU CENTRE HOSPITALIER GUILLAUME REGNIER DE RENNES LES MESURES D’ECONOMIE SUR LE DOS DES SALARIES C’EST NON !

Catégorie : Actu | 0 commentaire(s)


AU CENTRE HOSPITALIER GUILLAUME REGNIER DE RENNES LES MESURES D’ECONOMIE SUR LE DOS DES SALARIES C’EST NON !
vendredi 21 février 2014 par Sud Santé Sociaux 35
L’INTERSYNDICALE SUD, CGT, CFDT APPELLE LES SALARIES A UN RASSEMBLEMENT LE MARDI 25 FÉVRIER DE 13H15 à15H15 A L’ACCUEIL DU CHGR

Lors des « séances de négociations  » des 14 janvier et 5 février la direction s’est bien gardée de donner des précisions sur les mesures précises qu’elle voudrait imposer. Elle a annoncé sa volonté de faire durer les négociations jusqu’en juin. Son intention est bien de nous supprimer des RTT, de réduire les remplacements et de baisser nos salaires sur le long terme. Deux nouvelles séances sont prévues les 25 et 26 février. Nous allons obliger la direction àdévoiler ses intentions précises. Nous n’accepterons aucune régression.

. Dès maintenant SUD appelle les salariés à :

Boycotter la cotation des actes partout où c’est possible
Refuser de répondre aux appels téléphoniques au domicile pour des remplacements d’absences puisque la direction veut encore réduire ou supprimer les pools.
D’autres modalités d’actions seront proposées pour faire échec àla direction

Nous ne ferons pas les frais d’une politique d’austérité. Elle fragilise les services publics en mettant artificiellement les établissements en déficit Pour financer les cadeaux au patronat.

Maintien de tous les RTT pour tous les personnels
Maintien du système de notation et du déroulement de carrière actuellement en vigueur au CHGR
Maintien des Pools de remplacements existants
Les syndicats ont aussi envoyé une lettre ouverte aux députés qui ont voté le dernier Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale(PLFSS) qui va avoir pour conséquence de mettre en déficit tous les établissement de santé

Mesdames, Messieurs les Députés,

L’intersyndicale SUD, CGT, CFDT de l’hôpital psychiatrique (CHGR) de Rennes souhaite vous interpeller sur les conséquences du vote du PLFSS 2014 en termes de moyens attribués àla psychiatrie.

Le parlement a voté un ONDAM en progression de 2,4% pour 2014, le taux le plus faible depuis 2000. Pour la psychiatrie c’est encore plus bas (1,5 %).

En 2013 la Bretagne a déjàété pénalisée avec un taux de reconduction de 0,80 % modulé de 0 % à1,2% selon les établissements. Pour 2014, il est annoncé encore plus de gels de crédits pour la psychiatrie en Bretagne.

La faiblesse de ces dotations a pour conséquence directe et immédiate de mettre automatiquement les établissements en déficit car elle ne couvre même pas les augmentations prévues (la seule augmentation du taux de la cotisation employeur CNRACL impacte le budget du personnel pour 550 000€ pour 2013). Ces sous-dotations déclenchent des plans d’économies généralisés.

Ainsi la direction du CHGR propose de s’attaquer aux effectifs permanents et de remplacements, de supprimer des RTT et de revoir àla baisse les déroulements de carrière (avancements d’échelon) qui auront une grande incidence sur le pouvoir d’achat malgré l’affirmation du premier ministre de ne pas toucher àce pouvoir d’achat.

En fait, il s’agit de revenir sur des droits issus d’accords négociés avec les représentants du personnel quand le dialogue social avait un sens.

Il est paradoxal qu’au moment où les pouvoirs publics affirment que la santé mentale est une préoccupation majeure (rapport Robillard), les moyens alloués àla psychiatrie soient àla baisse en Bretagne ce qui aura une mauvaise incidence sur la prise en charge des patients.

Nous vous demandons d’intervenir auprès du ministère pour qu’il attribue des moyens àla psychiatrie en Bretagne au lieu de s’attaquer àl’emploi, aux carrières et aux RTT des personnels non médicaux.





Autres brèves

Toutes les brèves publiés dans cette rubrique

Recherche sur le site

En lutte Concernant

Nos Actions Syndicales