Accueil > Actu > Évacuation musclée des familles du DAL à(...)

Évacuation musclée des familles du DAL àParis

Catégorie : Actu | 0 commentaire(s)


Mardi 15 octobre, les familles de mal-logés et le Dal avaient organisé un campement
sur la place de la république (manifestation déclarée, conformément àla
réglementation), en attente du résultat de la table ronde qui se déroulait la veille à
17 h àla Préfecture de Région en présence des représentants du Ministère du Logement,
de la ville de Paris et de la Préfecture de Région.
En réponse, le gouvernement et les autorités ont choisi la force, évacuant brutalement
le camp des mal-logés entre 12 h 45 et 13h !
Toute la journée, plus de 35 cars de CRS ont entouré la place de la république pour
empêcher la réinstallation du campement. Pour autant, les familles ont exprimé leur
colère et leur détermination jusqu’àminuit, soutenues par un certain nombre d’élue-
s et des militant-e-s de Solidaires et de Jeudi Noir, avant d’être évacuées par la
police.
Contrairement aux engagements pris lors de la table ronde de la veille, ni le Ministère
du logement, ni la Mairie de Paris, ni la Préfecture de Région se sont manifestés
durant toute cette journée pour proposer une quelconque réponse aux demandes
légitimes des familles et du Dal.
La fédération Sud Santé Sociaux, solidaire des familles mal-logées :
• dénonce cette intervention brutale de la police, 10 personnes interpellées, dont
un père de famille blessé (oreille arrachée !), effets personnels entassés et emmenés
dans un camion,
• exige la restitution de l’ensemble des effets « confi squés  » par la police
Au moment où le parlement débat de la loi Alur (loi pour l’accès au logement et un
urbanisme rénové), la fédération Sud Santé Sociaux exige l’ouverture immédiate
de négociation pour :
• la signature d’un protocole d’accord pour le relogement des 300 familles (mallogées
et sans logis),
• afi n de sortir de la rue les sans abris et reloger les prioritaires DALO, le lancement
d’un plan d’urgence de mobilisation de 50 000 logements et locaux
vacants en Ile de France,
• la réécriture du projet de loi Alur pour en faire un texte réellement au service
du droit au logement de toutes et tous et non au service des propriétaires immobiliers.
La fédération Sud Santé Sociaux exige le relogement des prioritaires DALO, le droit
àun hébergement jusqu’au relogement et l’arrêt de toutes les expulsions (squats et
campements de Roms) indignes d’un gouvernement de gauche et dénoncées par de
nombreuses associations dont Amnesty International.
La fédération Sud Santé Sociaux appelle àtoutes actions de soutien en réponse à
cette agression contre les mal-logés, et notamment ce soir, 16 octobre, àpartir de
18 h place de la République.
La secrétaire générale de la fédération,
Patricia Garcia





Autres brèves

Toutes les brèves publiés dans cette rubrique